Sélection du message

Annonce

Bonjour ! Mon inscription sur UTIP a été acceptée, j’en profite donc pour vous donner des précisions sur comment cela fonctionne. UTIP ...

RPMI Chapitre 99


Le Récit du Périple d’un Mortel
vers l’Immortalité

Chapitre 99 : Titre en bas de page...






Enfin, Han Li entra dans le village, progressant pas à pas.

Pendant qu’il passait l’entrée du village, il entendit un éclat joyeux de sons d’instruments de musique. Étrangement, pas une seule personne ne pouvait être vue pendant qu’il traversait les petites rues du village.

Le cœur d’Han Li s’agita. Les rues vides et les sons joyeux faisaient partis des souvenirs de son enfance avec lesquels il ne pouvait pas être plus familier. C’était clairement la célébration de mariage de quelqu'un. Tout le monde dans le village le célébrerait et se joindrait à la fête.

Han Li reprit ses esprits et étendit lentement sa perception spirituelle. Ce faisant, il découvrit que jeunes et vieux s’étaient rassemblés au centre du village comme il s’y attendait. Cependant, l’endroit où ils s’étaient réunis semblait très familier à Han Li. N’était-ce pas la maison où il avait vécu ?

Han Li n’était pas qu’un peu surpris.

« Serait-il pos... ? » Han Li finit par plus ou moins deviner.

Il accéléra le rythme, passant hâtivement devant de nombreux ménages et tournant à de nombreuses intersections jusqu'à ce qu’il vît la scène devant lui.

Plusieurs centaines de villageois encerclaient un jardin de terre.

À l’intérieur de la cour, il y avait beaucoup de maisons aux toits de tuile qui étaient en meilleur état que les maisons à proximité. Une grande banderole avec des mots festifs était suspendue à chaque entrée. De plus, il y avait un petit groupe d’artistes musiciens qui faisaient un peu de bruit à l’avant de la cour.

Il y avait des villageois qui étaient debouts, d’autres qui étaient accroupis et quelques-uns qui ne prêtaient pas attention et étaient simplement assis sur le sol. Réunis en groupes de trois et quatre, ils chuchotaient et parfois s’engageaient dans des débats. Certains continuaient de regarder vers le jardin avec envie.

En outre, il y avait beaucoup d’enfants qui se couraient l'un après l'autre joyeusement sous la surveillance des adultes.

En voyant cette scène familière, l’esprit de Han Li fut distrait pendant un certain temps. Pendant cette fraction de seconde, c’était comme s’il était retourné dans son enfance d’il y avait bien longtemps et qu’il était avec les autres enfants, leur courant derrière tout en faisant beaucoup de bruit.

« Zé zé ! La quatrième fille de la famille Han a vraiment de la chance. J’ai entendu dire que le mari est un fonctionnaire d’État qui vient de la ville, une personne vraiment studieuse et savante. »

(Ndt : « Zé zé » -le son d’une langue qui claque.)

« Vraiment ? Et elle va être son épouse légitime ? Elle va avoir le statut d’épouse de fonctionnaire ! »

(Ndt : épouse légitime et non pas une concubine.)

« J’ai entendu dire que la famille Han avait délivré une dot terriblement imposante : plusieurs dizaines de taëls d’argent de flocon de neige ! »

« Ils sont vraiment riches ! »

...

Les commérages bruyants des femmes du village sortirent Han Li de sa stupeur.

« La quatrième fille de la famille Han ? N’est-ce pas ma petite sœur ? ! Ce serait vraiment le jour du mariage de ma petite sœur ? » Han Li sentit une explosion d’émotions indéterminées qui l’harassaient à l’intérieur de lui.

Bien que ce qu’il pensait demeurait un mystère, Han Li se cacha derrière un grand arbre à quelques pas, regardant avec attention et sans se relâcher, la porte de la cour.

Tout à coup, quelqu'un cria. « La chaise à porteur est arrivée ! Le marié est venu recevoir la mariée ! »

En entendant ces paroles, les villageois s’agitèrent, devenant instantanément un chaudron bouillant de voix !

« La mariée est sortie ! »

« La mariée est apparue ! Vite, venez voir ! »

...

Les exclamations étaient même plus fortes que les hurlements des enfants. L’esprit d’Han Li fut secoué, et il continua à regarder la porte de la cour avec ferveur.

Craque. Le portail en bois de la cour s’ouvrit. Plus d’une dizaine hommes et de femmes sortirent, escortant une jeune femme vêtue d’une robe de mariée rouge qui se tenait au milieu.

Le menton de cette jeune femme était fin, et sa silhouette était gracieuse, celle d’une fille de 16 ou 17 ans. À ce moment-là, son expression était pudique.

Han Li ouvrit grand ses yeux et observa attentivement l’aspect de cette jeune femme, essayant de trouver quelque ressemblance avec la petite sœur de ses souvenirs.

Mis à part l’aspect général de son visage et le coin de ses yeux, il ne trouva aucune autre trace familière des jours anciens. Le reste de son apparence ne pouvait plus être associé à la petite sœur de ses souvenirs.

« Soupir ! Une fille change huit fois de l’enfance à l’âge adulte. Ces paroles prennent tout leur sens ! » Han Li sourit avec peine, puis il balaya du regard les gens à côté d’elle.

« Ce gros est mon troisième oncle. Je peux affirmer que c’est lui d’un seul regard. Il est juste aussi gros qu’avant ! »

« Cette grande personne bronzée sur le côté est Frère Aîné Han Tie. Cette femme à ses côtés devrait être sa femme ! »

...

La bouche de Han Li murmurait pendant qu’il disait leurs noms un par un. Cela parvenait plus ou moins à le détendre un peu.

Lorsque son regard tomba sur un vieux couple aux cheveux gris, Han Li cessa de parler.

Immobile, il resta derrière l’arbre sans expression. Ses émotions étaient devenues extrêmement compliquées.

Parmi ces émotions il y avait du bonheur, de la timidité et de la perplexité.

Ses parents avaient pris beaucoup plus d’âges que Han Li l’avait prévu. Lorsqu’il était parti dans les montagnes, il se souvenait que les cheveux de sa mère était noir de jais. Cependant, tous ses cheveux était maintenant de couleur cendre. En outre, le port de son père qui était à l’origine bien droit, était maintenant recourbé.

Han Li resta sans voix, tandis que son esprit était étourdi comme une boule de pâte. Avec tout ce qui avait eu lieu, il n’avait pas remarqué que c’était déjà l’aube.

Au moment où il reprit ses esprits, sa petite sœur était déjà assise dans la chaise à porteur en soie rouge et emportée au loin. Suivant de très près derrière, il y avait un érudit monté sur un grand cheval couleur cyan.

Han Li fixa son regard sur la chaise qui se déplaçait de plus en plus loin. Il regarda ses parents dans la foule, puis ferma les yeux.

Après qu’il ait profondément gravé l’apparence de ses parents et de plusieurs proches dans son cœur, il se retourna. Son visage exprimait une détermination inébranlable pendant qu’il marchait vers la sortie du village à grandes enjambées.

Han Li savait que s’il devait traverser l’entrée du village une fois de plus, il rencontrerait ces personnes et passerait le reste de sa vie ici.

Il savait bien que depuis qu’il avait gagné en acuité avec les Arts de l’Éternel Printemps et appris l’existence de la cultivation de l’Immortalité, il s’était engagé sur un chemin complètement différent de celui du commun des mortels.

Qu’il fasse face à des malheurs ou à la joie, à la prospérité ou à des difficultés, il ne regretterait jamais son choix !


Chapitre 99 : Départ


Note du traducteur :
Je vous remercie d’avoir lu jusque là ! C’est la fin du livre 1 de RPMI. J’espère que vous avez apprécié la série jusqu'à présent.





Pour me permettre de consacrer plus de temps à la traduction de ce novel, vous pouvez m'encourager en vous inscrivant sur mon patreon, ou en faisant un don, et aussi avoir accès à des chapitres bonus.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire