Sélection du message

Annonce

Bonjour ! Mon inscription sur UTIP a été acceptée, j’en profite donc pour vous donner des précisions sur comment cela fonctionne. UTIP ...

RPMI Chapitre 100


Le Récit du Périple d’un Mortel
vers l’Immortalité

Chapitre 100 : La Cité de Yuan Jia 





La Province de Lan était la huitième plus grande des treize provinces du Pays de Yue. Elle était située dans la région méridionale de l’État de Yue. Malgré sa petite taille, elle était connue pour être plutôt florissante, et sur ce point, seule la Province de Xin la surpassait. Avec ses terres fertiles, ses innombrables rivières, et ses lacs et canaux qui traversaient la région, ainsi que sa météo favorable la plupart du temps, la province était très adaptée à la culture des céréales et du riz. Ainsi, elle était devenue le plus grand producteur de cultures de l’État.

La Ville de Yuan Jia était située au centre de la Province Lan. Bien qu’elle ne fût pas la capitale de la Province de Lan, elle était sans aucun doute, la plus grande ville de la province. Le Grand Canal de Lu qui sillonnait la province du nord au sud, traversait le centre de la ville. De plus, plusieurs routes et voies navigables traversaient également la ville. Ainsi, les transports de la ville étaient très bien développés et pouvaient être considérés comme la plaque tournante du transport fluvial, ainsi que la route commerciale principale du commerce dans la région. Chaque année, des quantité innombrables de marchands et de voyageurs la visitaient, ce qui boostait le commerce à cet endroit. De fait, que la Ville Yuan Jia soit devenue la plus grande ville de la province n’avait donc rien d’étrange.

Dans la Ville de Yuan Jia, il y avait des trafics de toutes sortes. Les dockers et bateliers étaient très nombreux et on pouvait les trouver n’importe où dans la ville. Bateliers, conducteurs de chariot et ouvriers non qualifiés étaient aussi nombreux que des poils sur un bœuf. Il y avait plusieurs dizaines de milliers de personnes, dont Sun Ergou, qui s’était établi sur le port afin de gagner sa vie.

(Ndt : Sun Ergou. Sun est un nom de famille et Er'gou signifie deuxième chien)


Comme son nom le suggérait, Sun Ergou avait des sourcils longs et recourbées, ainsi que des yeux de traviole. En outre, il avait l’apparence d’un truand, un croisement entre une poire pourrie et un jujube bien trop mure. Cependant, comme il était doué pour la flatterie et la lecture du langage corporel, il avait pu s’accaparer la position de chef dans un gang de petite taille. En dirigeant plusieurs dizaines de porteurs non qualifiés, il s’était fait une place dans le transport des marchandises et bagages des marchands de passage sur le port.

C’était pour cette raison que les nombreux subordonnés de Sun Ergou s’étaient précipitamment rassemblés à l’aube, et le saluaient respectueusement avec des « Bonjour Grand-père Er ! » et « Grand-père Er est arrivé ! »

(Ndt : dans le confucianisme, le statut est souvent associé à l’âge. C’est pourquoi on voit souvent dans les récits chinois des, « Moi, ton père. » ou « Ce grand-père [se référant à sa propre personne] », qui est une façon de se montrer arrogant.)

...

Entendant ces salutations, Sun Ergou ne pouvait pas s’empêcher de se montrer pour le moins suffisant. Après tout, le fait que l’on s’adressait à lui avec des « Grand-père » indiquait qu’ici, il était quelqu’un d’important. En conséquence, il affichait un air d’arrogance. Il répondit enfin aux salutations de ses subordonnés après avoir fait entendre un reniflement. « Qui est ce Grand-père Er ? Ça ne devrait pas plutôt être Grand-père Ergou ? »

« Ça se pourrait, mais ici, il n’y a qu’un chien à deux pattes qui imite un homme ! »

(Ndt : c’est un jeu de mots avec son nom.)

« Haha ! Haha ! ... »

...

Les éclats de rire et les moqueries ne pouvaient pas masquer les mots qui étaient entrés dans l’oreille de Ergou.

Après que Sun Ergou eut entendu cela, son visage s’assombrit soudainement, et son humeur tomba au plus bas en un instant.

Lentement, il tourna la tête et regarda en direction de plusieurs dizaines de personnes qui se trouvaient de l’autre côté du quai. Il dirigea son regard vers un homme grand, costaud et à la peau foncée, pendant qu’un soupçon de haine étincelait dans ses yeux.

Parmi tous les gens que Sun Ergou détestait le plus dans l’entière Ville de Yuan Jia, ce grand homme basané était sans conteste classé parmi les trois premiers. Si quelqu'un venait à lui dire qu’il avait besoin de toute la richesse de la famille de Sun Ergou afin de faire disparaître ce grand et basané personnage, Sun Ergou pourrait se montrer hésitant, mais s’il devait dire seulement la moitié de la richesse de Sun Ergou, il n’hésiterait pas du tout à accepter. Naturellement, c’était parce qu’il menait une vie décadente ; il fallait aussi savoir que l’intégralité de la soi-disant richesse de sa famille ne représentait pas grand-chose.

Pendant longtemps, nul n’avait su comment cet homme à la peau foncée se prénommait. Les gens du port s’adressaient à lui avec des « Papy Black », ou avec son surnom, « Ours Noir ». Il était le chef du petit gang de « la Bande du Poing de Fer », tandis que Sun Ergou tenait un statut similaire dans « le Gang du Quatrième Niveau ». En conséquence, ces factions étaient venues sur ce dock pour superviser les porteurs de leurs côtés respectifs.

Une montagne ne pouvait pas contenir deux tigres, et encore moins ce quai minuscule. Ainsi, les deux gangs entretenaient des relations tendues. Après plusieurs conflits dans le but de s’accaparer des marchands comme clients, leurs relations ne firent que devenir encore plus viles. À chaque fois que les deux gangs se croisaient, ils se snobaient et provoquaient l’autre parti, manquant à chaque fois de basculer dans un conflit ouvert.

Si les subordonnés agissaient de cette manière, alors que dire de ceux qui bénéficiaient le plus des affaires menées ici, Sun Ergou et Ours Noir ? Ces deux figures se regardaient avec une grande aversion. Toutefois, en tant que chefs de gangs de ces jeunes, ces deux savaient que la Bande du Poing de Fer et le Gang du Quatrième Niveau étaient des gangs alliés. Ils s’étaient unis pour repousser le plus imposant « Gang du Poison de Dragon ». Ainsi, bien que tous deux avaient voulu éloigner l’autre de cet endroit et monopoliser le dock, ils ne pouvaient que se restreindre pour le moment. Cependant, ils avaient accumulé du ressentiment et de la colère qu’ils évacuaient à travers les conflits verbaux de leurs subordonnés. Leurs échanges d’insultes étaient devenus un phénomène courant qui se déroulait tous les matins.

Ainsi, les subordonnés de Sun Ergou n’hésitèrent pas à engager le conflit. Plusieurs subordonnés habiles et éloquents frappèrent de retour sans montrer la moindre trace de politesse.

« Connaissez-vous quel animal est le plus stupide de tous ? »

« L’ours ! »

« Quel genre d’ours sont les plus stupides ? »

« Les ours noirs sans aucun doute ! »

« Ha... »

Quand Ours Noir avaient initialement entendu ses propres subordonnés ridiculiser l’autre parti, son visage arborait une expression fière. Toutefois, son visage exalté s’assombrit après avoir entendu ces paroles. Sun Ergou se mit à sourire. Content, il tapota les épaules de plusieurs subordonnés pour les encourager davantage.

Les subordonnés d’Ours Noir ne voulaient pas être en reste. Ceux du côté de Sun Ergou ne se montraient pas polis non plus. Un grand nombre d’injures jaillit des deux côtés. Tout le monde était devenu le vieux grand-père de l’autre, et aucun des deux partis ne craignaient l’autre. Naturellement, le conflit sur le quai n’était pas agréable à entendre. Des vulgarités de toutes sortes étaient échangées.

En tant que leaders de leurs groupes respectifs, Sun Ergou et Ours Noir se regardaient sans broncher. Comme ils étaient des personnes de stature, ils ne pouvaient naturellement pas se mêler à cette querelle d’insultes.

Juste au moment où les bouches et les langues des deux partis commençaient à s’assécher, un jet de salive jaillit soudainement. Alarmé, un des subordonnés de Sun Ergou s’écria. « Un bateau s’approche ! »

Ces paroles alertèrent Ours Noir qui se trouvait à coté de sa centaine de subordonnés occupés à jurer, leur coupant le souffle de surprise. Ils cessèrent tous de faire du bruit et tournèrent immédiatement leurs regards vers la rive du fleuve. Après tout, l’argent comptant était beaucoup plus attrayant que la joie de s’adonner à des joutes verbales.

Cependant, lorsque le groupe d’Ours Noir regarda en direction du bateau près du quai, ils furent quelque peu déçus. C’était seulement un petit bateau plat. Au mieux, il n’y aurait que trois à cinq marchands, ce qui n’était pas du tout significatif en termes de chiffre d’affaires.

Ce n’était pas surprenant, étant donné que ce dock était pourri et petit. De plus, son emplacement était éloigné de la ville. Dans ces circonstances, il était normal qu’aucun gros bateaux ne viendrait ici. Toutefois, pendant la haute saison d’échanges et de commerce, les autres Docks n’auraient pas assez d’espace pour les grands bateaux, alors les marchands n’avaient pas d’autre choix que de débarquer à cet endroit.

Après que ce petit bateau se fut arrêté sur le quai, deux personnes débarquèrent. L’un d’eux semblait être un jeune ordinaire âgé d’environ dix-sept à dix-huit ans. L’autre était un homme imposant d’au moins deux têtes de plus qu’une personne ordinaire.

Le jeune homme portait un vêtement bleu azur ordinaire, et un petit oiseau jaune était perché sur son épaule. Au moment où il débarqua, il regarda tout autour de lui. Il avait l’apparence d’un villageois d’une communauté rurale qui venait en ville pour la première fois. L’énorme homme portait une robe verte et un manteau recouvrait sa tête. Les traits de son visage n’étaient pas visibles car il portait ses vêtements d’une façon étrange. L’énorme homme suivait le jeune de près, refusant de s’éloigner même d’un pas. En se basant sur son apparence, il semblait être un serviteur.

L’homme imposant et le jeune étaient bien sûr Han Li et Distors ; ils avaient voyagé pendant trois mois avant d’arriver dans la patrie du Docteur Mo.


Ndt : C’est le début du deuxième livre. Vous n’allez pas être déçus.




Pour me permettre de consacrer plus de temps à la traduction de ce novel, vous pouvez m'encourager en vous inscrivant sur mon patreon, ou en faisant un don, et ainsi avoir accès à des chapitres bonus.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire