Annonce importante

Annonce

Bonjour ! Je vais essayer d’être concis, ce qui n’est pas mon fort, car j’ai une annonce à faire. Dès la semaine prochaine, je dois m’...

RPMI Chapitre 51


Le Récit du Périple d’un Mortel
vers l’Immortalité

Chapitre 51 : Le Géant Déploie sa Puissance





Dès que le Rouleau de Soie Aromatique empoisonnait le corps, la toxine entrait dans les vaisseaux sanguins et se répandait progressivement dans tout le corps.

Les mortels ordinaires ne seraient pas en danger, mais en ce qui concernait les cultivateurs, ce poison deviendrait extrêmement mortel après un court laps de temps. Le cultivateur affecté par le poison ne pourrait pas interrompre imprudemment son Vrai Qi interne, sinon le poison entrerait en action et son sang se mettrait à circuler en sens inverse, provoquant ainsi une immense douleur et beaucoup de souffrance.


Cependant, si quelqu’un était empoisonné pendant encore plus longtemps, la toxine pourrait pénétrer le corps et aggraver la situation.

Même si cette personne réussissait à récupérer un peu, et à contrôler correctement son Vrai Qi, elle serait toujours obligée de consommer l’antidote quotidiennement. Sinon, des changements graduels se produiraient dans les os, faisant flétrir les fonctions de l’organisme. Le corps se recroquevillerait, provoquant une paralysie et une incapacité à se mouvoir. Finalement, le corps se mettrait à fondre en une mare de boue.

Ce qui était encore plus terrifiant, c’était qu’une fois que le poison avait pénétré les os, on ne pouvait rien faire pour l’extraire. On pouvait uniquement se focaliser sur un traitement à long terme pour survivre. Le poison n’entrerait plus en action, mais il agirait comme l’instinct charnel, et continuerait à sévir pour toujours dans le corps de la victime.

Le poison était composé d’une variété de matériaux, dont beaucoup pouvaient être remplacés. Bien que le produit final serait le même, la toxicité changerait en fonction de la personne qui l’aurait concoctée, rendant le poison unique à son créateur. Naturellement, l’antidote aussi serait également unique. Seule la personne qui avait fabriqué le poison serait en mesure de prescrire l’antidote correct pour réprimer sa toxicité. Même si d’autres connaissaient le procédé de fabrication du Rouleau de Soie Aromatique, ils seraient incapables de concocter un antidote spécifiquement adapté à la neutralisation du Rouleau de Soie Aromatique produit par une autre personne.

Ainsi, la frêle vie de l’individu empoisonné serait aux mains de celui qui l’avait empoisonné. Incapable de se rebeller ou de résister, la victime ne pouvait que se rendre.

Le Docteur Mo creusa sa tête pour retrouver les informations au sujet du Rouleau de Soie Aromatique, recherchant à travers ses vastes connaissances. Il comprit alors pourquoi Han Li était aussi intrépide.

Le Docteur Mo ricana intérieurement, mais son expression faciale n’avait pas changé. Il demanda indifféremment : « C’est ta dernière trouvaille ? »

« Gamin, on dirait que tu as épuisé tous tes coups, alors admets juste la défaite docilement ! »

Le cœur de Han Li sombra en ne voyant aucun changement dans l’expression du Docteur Mo. À ce stade, Han Li savait qu’il avait mal calculé quelque chose car le Docteur Mo semblait négliger totalement sa menace.

Le Docteur Mo ne semblait pas avoir été provoqué le moins du monde, ce qui faisait paraître qu’il se fichait vraiment du Rouleau de Soie Aromatique dans son corps.

Pire encore, Han Li était certain que pour cette raison, il se trouvait dans une position très désavantageuse. Il semblait que son adversaire était absolu sûr qu’il pouvait attraper Han Li.

Voyant Han Li rester silencieux, le Docteur Mo se mit à rire et le regarda sournoisement avant de dire haut et fort, « Esclave de Fer, capture le pour moi. »

Une fois que Han Li entendit cela, il se souvint immédiatement qu’après être entré dans la maison, il pensait avoir oublié quelque chose de tout à fait crucial : l’Esclave de Fer. Cependant, il n’avait pas le temps de ruminer là dessus. Au lieu de cela, Han Li utilisa la pointe de ses orteils pour attraper le poinçon qui était à côté de sa jambe. Celui-ci sauta automatiquement dans sa main.

En un instant, une grande ombre se précipita du coin de la pièce dans un vent féroce. Sa vitesse était incroyablement rapide, et il apparut devant Han Li en une seconde, lui coupant toute retraite.

Impuissant, Han Li ne pouvait qu’utiliser le poinçon pointu qu’il tenait dans sa main pour poignarder le bas-ventre de l’ombre. Il espérait qu’il serait au moins capable de résister pendant un certain temps, afin qu’il puisse avoir une chance de battre en retraite et de récupérer son souffle.

Poignarder l’abdomen avec le petit poinçon n’était pas le geste le plus optimal, mais Han Li n’avait pas d’autre choix. Son adversaire était tout simplement trop grand, et l’arme qu'utilisait Han Li faisait seulement quelques pouces de long, et l’abdomen était le seul endroit qu’il pouvait atteindre.

Han Li sentit soudain qu’il venait de heurter une sorte de monstre. C’était comme si un gros objet en bois avait frappé son poignet tendu, le disloquant directement. En conséquence, son corps fut repoussé de quelques pas à cause de l’impact. Le poinçon dans la main semblait avoir heurté un roc, et avait été envoyé valser, disparaissant sans laisser de trace.

Han Li était surpris et en colère. Juste après avoir à peine stabilisé son corps, la grande silhouette apparut devant lui en un clin d’œil. Immédiatement, Han Li ressentit une vive douleur dans ses deux épaules quand deux grandes mains verrouillèrent ses omoplates fermement, l’immobilisant.

Han Li lutta de toutes ses forces, mais c’était comme si une énorme montagne pressait son corps, le rendant totalement incapable de bouger.

Il ne pouvait pas faire grand chose dans ce genre de situation. Dans un moment de désespoir, il leva son genou et visa avec férocité le point faible entre les jambes de la grande ombre.

« OUCH ! »

C’était tellement douloureux que Han Li suait abondement. Apres avoir lancé une attaque qui aurait normalement due être fatale pour son adversaire, il découvrit que l’ombre géante était incomparablement solide. Sa rotule se brisa en plusieurs morceaux comme un œuf de poule se briserait en morceaux s’il frappait un rocher.

Cependant, l’action de Han Li ne fit que provoquer son adversaire. Les larges mains sur ses épaules augmentèrent subitement leur pression. Han Li avait tellement mal qu’il s’écroula doucement au sol, perdant presque connaissance.

« Doucement, Esclave de Fer. J’ai toujours besoin de cette personne. » Ordonna le Docteur Mo bruyamment.

Après que ces paroles furent prononcées, Han Li sentit ses épaules s’alléger, et la douleur fut considérablement réduite. Dans son cœur, il ne pouvait pas s’empêcher de pousser un soupire de soulagement. Pour une fois, il pensait que la voix du Docteur Mo était agréable à entendre. Mais après s’être réjouit un instant, ses sombres soupçons refirent surface dans son esprit.

Dès le début de leur lutte, Han Li avait compris que pour une raison inconnue, le Docteur Mo se montrait indulgent envers lui à des points cruciaux des échauffourées, de peur que Han Li puisse être blessé. Naturellement, Han Li savait que le Docteur Mo n’était pas quelqu’un de bienveillant, et qu’il ne le ménagerait pas intentionnellement. Cela cachait certainement une sinistre affaire que Han Li ne connaissait pas. Le Docteur Mo était préoccupé que Han Li puisse se blesser, alors c’était pourquoi il se montrait prudent quand il l’attaquait, de peur d’attaquer trop violemment. Si ce n’était pas le cas, ils se seraient tous deux sautés à la gorge.

Han Li se préparait secrètement à exploiter pleinement cet aspect en négociant avec le Docteur Mo, et trouver ensuite un moyen d’échapper aux griffes démoniaques de son adversaire.

Pendant que le Docteur Mo se dirigeait au devant d’Han Li, il pouvait deviner tout ce que celui-ci pensait. Il laissa un rictus traverser son visage tout en tâtonnant la poitrine d’Han Li, et d’en extraire un miroir. Il ne pouvait pas s’empêcher d’être stupéfait en voyant cet objet. Il s’avérait que c’était cet objet qui avait protégé la poitrine de Han Li lors de la frappe du Docteur Mo.

Sans rien dire, il hocha légèrement la tête et sortit un coffret rectangulaire en bois jaune de son encolure. Cette boîte était remarquablement ouvragée, et sa surface était gravée d'un Dragon et un Phénix. N’importe qui pourrait voir que c’était un objet rare et précieux, et donc rarement vu par des gens ordinaires.

Le Docteur Mo se mit face à Han Li et ouvrit solennellement le couvercle de la boîte, révélant plusieurs lames d’argent étranges et identiques. Elles ressemblaient plus ou moins à une combinaison entre un poignard et une épée. Le corps des lames était très particulier ; elles étaient courbées en demi-lunes, avec une longueur semblable à celle des couteaux stiletto*.
(Ndt : *les fameux couteaux à cran d’arrêt italien.)

Lorsque le Docteur Mo sortit une des lames d’argent, Han Li vit que, curieusement, la sinistre lame était aussi mince qu’une feuille de papier. La lumière froide qui scintillait sur la surface de la lame fit comprendre à Han Li que la lame coupait comme un rasoir. L’utiliser pour trancher la chair humaine serait aussi facile que de couper des vêtements. L’extrémité de la poignée sur la lame d’argent était encore plus bizarre ; incrustée au bout on pouvait voir une tête de démon extrêmement féroce et sinistre, qui avait une paire de cornes et des yeux qui était hermétiquement fermées.

Le Docteur Mo leva cette lame sinistre et regarda sciemment Han Li du coin de l’œil.

Cette action laissa Han Li absolument horrifié. Sa pensée de mauvais augure semblait être vraie : le Docteur Mo voulait utiliser la sinistre lame pour le découper.


1 commentaire:

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.