Annonce importante

Annonce

Bonjour ! Je vais essayer d’être concis, ce qui n’est pas mon fort, car j’ai une annonce à faire. Dès la semaine prochaine, je dois m’...

RPMI Chapitre 39


Le Récit du Périple d’un Mortel
vers l’Immortalité

Chapitre 39 : Des Exigences Anormales





Cependant, Han Li ne reconnaissait pas vraiment la voix de l’autre espion. Il devait n’avoir jamais rencontré cette personne auparavant. Toutefois, à en juger par la voix de l’espion, son âge devait être relativement jeune, environ 20 ans.

Malheureusement, afin d’assurer sa propre sécurité, Han Li n’avait pas osé jeter un coup de œil. Il craignait que ces deux hommes pratiquent des compétences martiales qui pouvaient détecter son regard inquisiteur, leur permettant de savoir s’il y avait des personnes à proximité. Les gains potentiels ne valaient pas les pertes éventuelles.

Après cet événement quelque peu dangereux, le reste du voyage fut tout à fait serein.

Han Li rentra enfin chez lui après avoir pris son souper comme à son habitude.

Comme toujours, le Docteur Mo lui rendit mystérieusement visite et le congratula d’un regard qui ne montrait aucune attente. Mise à part lui délivrer des médicaments qu’il avait préparés, normalement il laissait Han Li faire comme il le souhaitait.

Han Li paraissait ne pas avoir remarqué les médicaments que le Docteur Mo lui avait livrés. Ils avaient tous été concoctés à partir d’ingrédients médicinaux rares qui avaient été collectés lors de sa précédente expédition loin de la montagne. Han Li pensait que le Docteur Mo avait abandonné ce qu’il attendait de lui, et avait préparé d'autres plans maléfiques.

Pour l’instant, Han Li ignorait complètement la précieuse médecine que le Docteur Mo avait livrée. Mais afin d’éviter la suspicion du Docteur Mo, il se pinça le nez et avala il le tout.

Il ne s’inquiétait plus que les médicaments soient infusés de poison. Actuellement, tout mal que le Docteur Mo infligeait à Han Li revenait à se blesser lui-même.

En ce qui concernait sa rencontre avec les espions de la Bande des Loups Sauvages, Han Li avait réfléchi à la meilleure méthode pour s’occuper d’eux sur le chemin du retour vers sa résidence.

Bien qu’il ne soit pas profondément passionné envers la Secte des Sept Mystères, il était à mi-chemin de devenir un Disciple Interne. Comment pourrait-il être impartial face à une affaire nuisible envers la Secte des Sept Mystères qui se déroulait devant ses yeux, et complètement l’ignorer ?

Il avait longtemps pensé au candidat le mieux placé pour s’occuper de cette question — — Li Feiyu, le célèbre Disciple Senior Li.

D’après les observations d’Han Li, peut-être que la raison pour laquelle Li Feiyu consommait la Pilule d’Extraction d’Essence était parce qu’il appréciait plus que tout autre d’être le centre d’attention, et parce qu’il ne manquait pas d’ambition. Il avait toujours rêvé d’entrer dans les divisions supérieures de la Secte des Sept Mystères, et d’attirer de plus en plus les regards vers lui.

Han Li avait précédemment suspecté que Li Feiyu pensait probablement qu’il vivait les derniers moments de sa vie, et ainsi, il devenait encore plus frénétique et avide de gloire.

Si Han Li permettait à Li Feiyu d’apporter une importante contribution  à la Secte des Sept Mystères, Li Feiyu serait certainement excité à n’en plus finir. De cette façon, Han Li pourrait retourner à Li Feiyu la faveur du vol des manuels d’épée.

Pensant à l’Art de l’Épée Scintillante, Han Li sentit une vague d’émotion.

Han Li n’avait dit aucun mensonge au sujet de l’Art de l’Épée Scintillante à son bon ami. Cet art de l’épée ne convenait vraiment pas à Li Feiyu. Cependant, Han Li n’avait pas révélé beaucoup de détails.

Une règle essentielle de survie était qu’on devrait toujours garder quelques secrets, peu importe qui était la personne de confiance.

Bien que Li Feiyu et Han Li semblait avoir une relation étroite, elle était loin d’être exceptionnelle.

Cependant, le contenu écrit dans ces manuels secrets était très différent des enseignements martiaux communs.

Il semblait à Han Li que plutôt que d’appeler cela un art de l’épée, il serait plus approprié de le voir comme une ingéniosité du maniement de l’épée. Il y avait une intégration complète de la météo, du calendrier, d’un positionnement favorable et des techniques secrètes d’assassinat  qui prenaient en compte toutes sortes de facteurs et de personnes ; On voyait rarement une telle compétence. C’était une pure compétence meurtrière ; dès que l’épée était brandie, la mort approchait.

Ces livres décrivaient différents environnements, moments de la journée et l’utilisation des compétences d’épée secrète pratiquées avec assiduité. Il y avait toutes sortes de techniques tueuses qui fumeraient l’ennemi en une seule frappe.

Les manuels enseignaient à ceux qui apprenaient ces compétences d’épée à faire usage de chaque arbre et brin d’herbe sur le terrain, ainsi que des rayons lumineux de toutes intensités et de tous angles, afin d’entraver la vision de l’adversaire. Pendant la fraction de seconde où l’adversaire était affaibli, l’utilisateur en profiterait et le tuerait en un instant.

C’était une mystérieuse technique qui nécessitait beaucoup d’attention et de compétences pour l’exécuter. Sans posséder le moindre talent, il serait impossible de comprendre cet art de l’épée.

Par conséquent, ceux qui apprenaient cette technique mystérieuse devaient exceller dans les cinq sens. Leur vision et l’ouïe devaient dépasser de loin celles d’une personne ordinaire, s’ils voulaient avoir le moindre résultat.

Même s’ils possédaient les conditions requises pour parvenir à ce stade, il y aurait inévitablement peu de disciples qui convoiteraient la formidable puissance de l’Art de l’Épée Scintillante, et choisiraient de le cultiver immédiatement après avoir atteint le minimum requis.

Cependant, maîtriser l’art de l’épée exigeait une quantité excessive d’effort. En outre, il avait des exigences encore plus sévères. Ceux qui cultivaient cette technique mystérieuse ne devaient pas posséder une force interne pure. Dans le cas contraire, leurs corps auraient à souffrir de complications lorsqu’ils essaieraient d’exécuter la technique. Cela rendait la cultivation de l’art de l’épée assez difficile.

Même si quelqu'un avec du Vrai Qi était assez chanceux pour réussir, si le Vrai Qi dans leurs corps devenait trop vigoureux au cours de combats réels, les mouvements de l’épée produiraient involontairement des déformations. Ces déformations provoquaient des points faibles dont l’opposant pourrait profiter, provoquant ainsi la mise en danger de sa vie.

Ces exigences démotivaient simplement la majorité de ceux qui tentaient de cultiver la technique. Dans Jiang Hu, il y avait un dicton : « Entraîner ses poings et négliger les compétences ne produira que des efforts futiles. »

Ne pas pratiquer la force interne était un énorme tabou. Quiconque abandonnerait sa culture du Vrai Qi et ferait connaitre son nom avec un maniement d’épée ineffable serait vraiment la risée de Jiang Hu.

En conséquence, seuls quelques uns auraient encore l’intention de continuer à cultiver la technique.

Toutefois, même si ces personnes possédaient beaucoup de talent et n’avaient aucun problème à abandonner leur Vrai Qi, l’impossible dernière barrière dissiperait complètement leur intention de poursuivre dans cette voie.

Le dernier obstacle était la nature excessivement complexe de l’Art de l’Épée Scintillante, et la mémorisation minutieuse des conditions méticuleuses dans lesquelles chacun des mouvements d’épée décrit dans les manuels pouvait s’appliquer.

Voir un aussi gros tas d’épais manuels secrets intimiderait une personne moyenne au premier regard.

Chaque manuel d’épée représentait une manœuvre, et chaque manœuvre pouvait être divisée en centaines de mouvement d’épée. Chaque mouvement d’épée devait être soigneusement sélectionné en fonction des différents environnements et différents moments de la journée. Pour maîtriser pleinement les Arts de l’Épée Scintillante, on devait faire usage de différentes techniques selon les situations.

La quantité énorme de compétences d’épée, sans parler de l’entrainement pour les maîtriser, ferait mal à la tête de n’importe qui. Sans compter que cela exigeait la mémorisation complète et la compréhension de chaque manœuvre et mouvement de l’épée.

Les exigences anormales mentionnées précédemment avaient arrêtées un nombre innombrable de disciples motivés, les faisant intérieurement invectiver sans discontinuer l’Ancien qui avait créé cet art de l’épée.

Avec le passage du temps, la Secte des Sept Mystères perdit progressivement tout intérêt pour cette technique d’épée. Estimant qu’il était impossible que quelqu'un se forme à cette technique martiale, de nombreux disciples pensaient que l’Ancien avait fabriqué ces enseignements martiaux sans queue ni tête car il faisait face aux portes de la mort. Sinon, pourquoi y aurait-il ces exigences excessives ? Cela avait été délibérément conçu de façon à être difficile pour les disciples qui n’y connaissaient rien à rien. En conséquence, ces manuels secrets avaient été rangés sur une étagère, n’attirant plus l’attention de personne.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.