LMS volume 1 chapitre 5



The Legendary Moonlight Sculptor

La fille qui a perdu ses mots
Volume 1, chapitre 5




“Mince… c’est déjà le jour.”

Il était encore tôt dans la matinée, et Lee Hyun était déjà abattu.

Le Parlement de Corée du Sud dans son infinie sagesse, avait voté une loi que personne ne voulait nommer ‘Ne Laisser Personne Derrière’, qui était conçue pour s’occuper des marginaux et des inadaptés sociaux en Corée.

Cette idée stupide était basée sur la théorie que toute personne née et élevée dans un environnement difficile aurait des prédispositions à commettre des actes violents ou à divorcer. (Exemple : Une famille sans parents et ayant hérité d’une énorme dette auprès de personnes peu recommandables.)

En accord avec la loi, tous les citoyens de Corée qui avaient vingt ans ou plus et ayant des soucis familiaux devaient consulter un psychiatre de façon régulière pour un examen de routine.

En gros, comme Lee Hyun avait perdu ses parents pendant son enfance, et que son adolescence avait été difficile, il répondait aux conditions d’éligibilités de la loi.

Lee Hyun alla donc au ‘Centre de Réhabilitation à la Société’.

“J’ai l’impression d’être de retour dans les années 60. ‘Réhabilitation à la Société’ mon œil, quelle honte.” Se plaignit-il pour lui-même tout au long de sa marche vers le centre. Le nom suggérait un endroit plutôt bien décoré. La réception était remplie de personnes dans la vingtaine, qui devaient eux aussi subir un examen médical suite à la loi concernant les inadaptés sociaux, Lee Hyun avait donc dû perdre une heure supplémentaire avant de pouvoir s’inscrire sur la liste.

“Bonjour, je suis Lee Hyun. Je suis ici pour passer l’examen de santé mentale à cause de la loi ‘Ne Laisser Personne Derrière’.”

“Je vois. Remplissez ce formulaire s’il-vous-plaît.” Une infirmière en blouse blanche tendit à Lee Hyun une feuille de papier.

“Qu’est-ce que c’est ?”

“Nous allons faire une analyse mentale basée sur vos réponses à ce questionnaire. Si vous n’êtes pas jugé socialement apte, vous serez interné dans le centre et recevrez un traitement. Si cela arrive, le gouvernement enverra un chèque tous les mois à votre famille en compensation.”

Quelle loi inhumaine. Le gouvernement n’avait rien fait pour les aider quand ils avaient besoin d’aide durant leurs horribles enfances, quand ils étaient abusés par leurs parents ou renvoyés de leurs écoles.

Nooon..... Maintenant ils devaient accepter d’être des handicapés s’ils voulaient s’inscrire dans une université accessible sans diplôme après qu’ils eurent quitté le lycée. Encore pire, ils ne pouvaient plus postuler pour un poste de fonctionnaire. La guerre contre le crime présentait une excuse valable pour séparer ceux qui ont de l’argent et ceux qui n’en n’ont pas.

“Oui, Madame.”

Lee Hyun prit le formulaire et le remplit rapidement. Le stylo ne se leva pas une seconde de la feuille. Lee Hyun avait pensé à ces questions pendant des années, les réponses venaient directement de son cœur pour s’inscrire sur le papier.

“J’ai fini. Je peux partir maintenant ?”

“Bien sûr. Prenez ceci pour couvrir votre déplacement en bus.”

Au moins, le gouvernement montrait un peu de pitié. Lee Hyun prit l’argent et quitta l’asile. Pendant ce temps, le questionnaire qu’il avait rendu créait de l’agitation chez les psychiatres du centre.

*****

Cha Eunhee, Docteur en psychiatrie était en train de rire à s’en décrocher la mâchoire. Le docteur dont le surnom était La Reine des Glaces, riait nonchalamment devant les infirmières qui n’avaient pas l’habitude de voir une telle scène.

“A-t-elle enfin réussi à communiquer avec son chien ?”

“Je pense. Rien n’est impossible pour le docteur.”

Le docteur Cha avait émigré des Etats-Unis avec ses parents, tous deux diplomates, quand elle était enfant. Elle fut diplômée de Harvard avec mention à vingt ans, et valida son doctorat avant ses vingt-trois ans.

Étant un exemple de beauté et de culture, elle était pleine de fierté, et n’avait jamais montré une telle humanité avant aujourd’hui, événement qui fit rapidement le tour du centre. Finalement, l’infirmière en chef décida de voir ce qui se passait.

“Docteur Cha, qu’y a-t-il de si drôle ?”

“Regardez ça.”

En pleurant de rire, le docteur Cha donna ce qu’elle tenait à l’infirmière en chef. C’était un simple questionnaire rempli par quelqu’un suite à la loi ‘Ne Laisser Personne Derrière’. Les sept petites questions étaient complétées par autant de courtes réponses.

Questionnaire:

Nom: Lee Hyun

1. Quel est votre nom ?
Lee Hyun.

2. Quel est votre métier ?
Je suis un génie du mal qui va menacer la paix mondial.

3. Que faites-vous?
Je remplis ce questionnaire.

4. Quelles sont les 3 choses les plus importantes que vous avez accomplies dans votre vie ?
Atteindre le niveau maximum du jeu ‘Continent de la Magie’.
Avoir joué à un jeu en ligne pendant 200 heures d’affilées sans dormir ni manger.
Avoir vendu mon compte.

5. Que pensez-vous des politiciens en place ?
Pourquoi ne les exportons nous pas vers la Chine ou le Japon ?

6. Quand avez-vous pris conscience de votre position dans la société ?
Après avoir vu ’La Planète des Singes’.

7. Comment vous décririez vous en une seule phrase ?
Je suis un Dragon.

L’infirmière relit plusieurs fois le questionnaire avant de lever les yeux.

“Ne me dites pas que… C’est un extrait de livre ou de BD ?”

“Non. C’est un des patients qui a rempli ça ce matin. Le tampon d’enregistrement est en bas de la feuille.”

“Un cas typique de fou.”

“Vous vous trompez encore une fois. S’il était fou, il ne pourrait pas avoir un regard aussi satirique et précis sur la société.”

Contre toute attente, le docteur Cha conclut qu’il était mentalement sain. D’un point de vue psychiatrique, elle pouvait presque entendre le cri de désespoir qui ressortait des réponses à ce formulaire.

Etre capable de ridiculiser autant la société, on pouvait voir que ce jeune homme nommé Lee Hyun avait eu une vie difficile dans un monde cruel.

“Pfiou.” L’infirmière en chef ne pouvait s’empêcher de soupirer.

Elle n’avait aucune raison de remettre en cause les conclusions du docteur. Néanmoins, elle ne pouvait s’empêcher de penser que le docteur Cha, qui avait fait son doctorat en psychiatrie aux Etats-Unis et qui était mondialement connue pour ses publications médicales, était supérieure à la normale, et que ce Lee Hyun était inférieur à la normale.

“Ils sont tous les deux anormaux. Ou ils sont tous deux normaux et je suis la seule folle dans cette pièce. Peut-être que la seule vérité est que le monde entier est devenu fou.” Pensa-t-elle alors que sa tête commençait à tourner.

Le docteur Cha ramassa le questionnaire et se leva.

“La société a besoin de toute sorte de personne. Laissez le faire. Vous n’avez pas besoin de trop réfléchir pour lui. Au fait, je vais aller montrer cette feuille à Seoyoon.”

“La patiente Jeong Seoyoon ?”

“Oui.”

“Vous pensez qu’elle va le lire ?”

“Elle le fera. Ceux qui ferment leurs esprits cherchent souvent de l’attention du monde extérieur. J’espère juste que cette fois elle en rira.” Le docteur Cha prit le questionnaire de Lee Hyun et se dirigea vers le hall. Sa destination était un service spécial situé au 12e étage.

Avec de l’équipement à la pointe de la technologie et les meilleurs docteurs, disposant d’une piscine privée et d’une salle de sport, une chambre coûtait près de 20 million de Won (15 000 euros) par jour.

“Salut, Seoyoon, je suis ici pour voir comment tu vas.”

Souriant à sa patiente, Cha Eunhee entra dans la chambre. Une fille au visage très pâle leva les yeux de son livre. N’importe qui, même les plus beaux top-modèles, seraient éclipsés devant sa beauté… mais son visage restait vide de toute émotion. Comme une poupée, elle ressemblait à une coquille vide.

“Dieu lui a donné plus de beauté qu’elle ne pouvait en supporter.” Pensa tristement le docteur Cha.

Cette fille était si jolie, qu'elle fut surprotégée par son père. La ligne entre le père et sa fille ne fut jamais franchie, mais sa mère paranoïaque, doutait de son mari et était jalouse de la beauté de sa fille, donnant lieu à des abus pendant des années. Puis un jour, une tragédie eut lieu. Depuis ce jour, la fille avait perdu son envie de parler.

Quand elle était jeune, Seoyoon était un ange piégé dans le corps d’une femme. Le docteur Cha était une de ses meilleurs amis, et se sentait toujours désolée qu’elle ne puisse pas goûter au bonheur et à l’innocence qu’elle méritait.

“Regarde ça. Je n’ai pas le droit de sortir des documents de mon bureau, mais je voulais te montrer ça.” Le docteur Cha lui donna le questionnaire remplit par Lee Hyun.

Les yeux vides et sans vie de Seoyoon glissèrent sur la feuille, et le docteur Cha espérait qu’elle explose de rire.

Le docteur Cha, contre toute attente, espérait que Seoyoon allait s’ouvrir ne serait-ce qu'un tout petit peu.

“Tu sais, si tu rigoles ou que tu esquisse un sourire, ça sera la première fois que ça arrive en cinq ans ?” Pensa tristement le docteur Cha.

Mais le visage impassible brisa les espoirs du docteur. La fille parcourut le questionnaire et le lui rendit. Le cœur du docteur fut encore une fois brisé quand elle se remémora comme Seoyoon était pleine de vie autrefois.

“Très bien… Tu as besoin de quelque chose ?” Demanda le docteur.

Seoyoon secoua faiblement la tête.

“Bien, tu peux m'appeler quand tu le souhaites si tu as besoin de quelque chose.”

Le docteur Cha se glissa hors de la chambre en silence.

“A-t-elle ri ?” Demanda l’infirmière, qui n’avait pas le droit d’entrer dans la chambre.

Le docteur Cha sourit péniblement. “Ça n’a pas marché” Répondit l’infirmière à sa propre question en voyant le sourire douloureux sur le visage du docteur.

“Non. Je n’arrive pas à trouver un moyen d’ouvrir son cœur ou son esprit.” Dit le docteur Cha. “Je dois la soigner pour que le directeur continue de croire en moi… Non, je dois le faire pour Seoyoon...”

Un grand nombre de psychologue, psychiatre et même des chamans avaient été engagés pour améliorer la condition de Seoyoon, sans succès. Aucun d’eux n’avait réussi à réchauffer son cœur gelé. Et aujourd’hui ils avaient presque tous perdus l’espoir de pouvoir un jour la guérir.

L’infirmière était en larme. Elle était triste qu’une jeune fille aussi mignonne ne parlait ou ne souriait jamais, coincée toute seule dans son monde.

“Il n’existe pas une autre thérapie ou un autre traitement pour l’aider ?” Demanda l’infirmière.

“Un traitement psychiatrique ne fonctionnera pas tant que le patient refuse de s’ouvrir et d’accepter la réalité.” Dit le docteur Cha.

“Alors, elle va vivre comme ça pour le restant de ses jours...”

“Nous devons faire quelque chose pour la ramener. Elle a juste besoin d’un indice, quelque chose qui lui fera voir la réalité.”

“Mais ça fait déjà cinq ans. Son esprit est surement bloqué maintenant… Ou pire, parti depuis longtemps.”

“C’est notre devoir de ne pas laisser ça se produire. Quoi qu’il arrive, je la ramènerai.” La résolution du docteur était inébranlable.

Elle avait fini première en psychiatrie et était venu volontairement dans cet hôpital pour sauver Seoyoon.

“J’ai déjà commencé un nouveau traitement depuis un an.”

“Je n’en ai jamais entendu parler.”

“Bien sûr que non. C’est parce que ça doit rester secret. C’est royal Road. Elle passe ses jours et ses nuits dans le jeu, en dehors de ses sessions de traitement et de conseil.”

“Alors...”

“Exactement. Laissons la vivre dans un monde virtuel. Sortons-la de sa coquille, et elle avancera petit à petit vers les autres. J’espère qu’elle va retrouver sa foi perdue en l’humanité, et ressentir des émotions qu’elle n’a jamais ressenti avant, au moins virtuellement.”

*****

De retour chez lui, Lee Hyun passa sur le site d’enchère avant de se connecter à Royal Road.

Bien que Lee Hyun n’ait effectué qu’une seule transaction sur le site d’enchère, le statut de son compte était triple diamant. C’était grâce à son compte de ‘Continent de la Magie’ qu’il avait vendu pour trois milliards de Won (2.5 millions d’euros).

Rien que ça l’avait rendu VIP prestige
  • [Achat] Épée de fer +20 Force pour 400 000 Won (325 euros)
  • [Achat] Anneaux des 4 Guerriers. A débattre.
  • [Achat] Bottes bleues pour Rôdeur. 300 000 Won (240 euros) - négociable.
  • [Achat] Boucles d’oreilles pour Mage. Valeur du Royal Road Kelly Book avec supplément.

La liste des demandes d’objet faisait des milliers de pages, et une recherche par mots clés retournait des millions de résultats, mais seul un petit nombre d’entre elles aboutissaient.

Comme beaucoup de joueurs voulaient mettre la main sur des objets cool, la demande était extrêmement haute. Et l’offre ne pouvait pas suivre la demande.

Le système favorisait les vendeurs, et quand l’un d’eux postait une annonce l’enchère était bouclée en quelques minutes.
  • [Vente] Masse de l’Esprit Rouge 105/105 Durabilité ; 96-105 Dégâts ; +15 FOR [100 000 Won (80 euros)]
  • [Vente] Anneau de Bénédiction de Shine : Rare / Régénère 3 Mana par sec pendant 5 min [Départ 3 000 000 Won (2500 euros)]
  • [Vente] Boucle d’oreille de Messiah : augmente def max, Magie de feu +8% exp [4 000 000 Won (3200 euros)]
  • [Vente] Marteau de Thomas le Forgeron : +15% succès en forge d’arme. Permet de produire de meilleures armes [5 000 000 Won (4000 euros)]

Les annonces dans le haut de la liste affichaient des prix exorbitants.

Elles étaient suivies par des annonces pour des objets de moins bonnes qualités, qui affichaient toujours des montants s’élevant à des centaines de milliers de Wons.

Ce marché d’enchère montrait bien que les objets étaient difficiles à trouver.

Si Weed n’avait pas eu de la chance et obtenu son épée en fer au départ, il aurait dû effectuer beaucoup de quêtes de base ici et là pour accumuler quelques pièces de cuivre, et s’acheter une épée de base chez un forgeron avant de pouvoir sortir de la cité.

Sinon, il se serait battu à main nue avec les monstres, se reposant uniquement sur ses caractéristiques durement gagnées en frappant les mannequins.

Sans une épée, sa puissance d’attaque aurait été divisée par deux car il n’aurait pas pu profiter des effets de la “Maîtrise de l’épée”. En comparaison des armes et armures avec de bons bonus, les objets fabriqués par des Forgeron et des Tailleurs étaient peu chers. Les objets en relation avec la classe de Sculpteur n’étaient eux même pas disponibles.

Royal Road existait seulement depuis 15 mois, et les joueurs étaient toujours obnubilés par leur course aux niveaux ou par leur soif d’aventure. Jusqu’ici, Lee Hyun n’avait pas vu d’autres artisans.

70% du continent était encore non cartographié, c’était pourquoi beaucoup de donjons étaient encore inexplorés, et beaucoup de quêtes non accomplies. Avec des possibilités tellement larges devant eux, peu de joueurs étaient attirés par l’artisanat.

Le Royaume de Rosenheim était une partie plutôt nouvelle du jeu, il avait été découvert il y a seulement 6 mois (en temps réel). Bien entendu, l’expédition qui avait découvert le Royaume avait gagné beaucoup d’argent.

Rosenheim était loin du centre du continent, mais les territoires non explorés et les donjons non découverts étaient éparpillés partout, et de puissants monstres les peuplaient. C’était la principale raison qui avait poussée Lee Hyun à choisir Rosenheim pour démarrer son aventure.

“Est ce que j’ai commencé trop tard ? Non, j’ai encore une chance de les rattraper.” Se dit-il.

Lee Hyun secoua sa tête. Pendant que ces adversaires augmentaient leurs niveaux et participaient à des aventures, Lee Hyun s'entraîna et rassembla des informations pendant toute une année. Il ne voulait plus vendre son compte à présent.

La procédure pour vendre un compte de jeu en ligne était plus compliquée avec la réalité virtuelle où l’identité du joueur était vérifiée par un scan de l’iris. De plus, Lee Hyun devait rester productif sur le long terme plutôt que de se faire beaucoup d’argent une seule fois.

Royal Road devait lui permettre de répondre aux besoins financiers de sa famille pour les cinq prochaines années.

“A ce rythme, Royal Road devrait me permettre de faire vivre ma famille pendant cinq, non dix ans au moins. Alors, je pourrai me permettre d’envoyer Hayan à l’université. La stabilité est plus importante que tout. Je suis un lycéen raté, mais Hayan mérite une vie meilleure…” Se dit-il.

*Ring*

Le téléphone se mit à sonner.

Lee Hyun regarda autour de lui et remarqua que sa grand-mère et Hayan n’étaient pas à la maison, il décrocha donc le téléphone à contre cœur.

“Bonjour. Qui est ce ?”

“Lee Hyun, c’est toi ? Tu as toujours l’air bougon au téléphone. C’est moi Sanghoon.”

“Oh, c’est toi. Sanghoon.”

Lee Hyun n’avait pas entendu cette voix depuis longtemps. “Depuis que j’ai quitté le lycée.” Pensa-t-il amèrement.

“Hey, quoi de neuf?” Demanda Lee Hyun.

“Il y a une réunion des anciens élèves ce soir...”

“J’en ai rien à faire de ça. Ce n’est pas censé être réservé aux diplômés ? Ca ne serait pas très drôle qu’un raté comme moi se présente à cette réunion.”

“Mais...”

“Pas de mais. Tu sais pourquoi j’ai quitté le lycée. Je ne veux rien avoir à faire avec les cours pour l’instant. C’est tout.”

“…”

“Rends-moi service, Sanghoon. Ne m’appelles plus jamais.”

*Raccroche*

Lee Hyun posa le téléphone et soupira profondément. C’était un coup de fil qu’il aurait préféré éviter.

Si seulement il avait pu effacer sa mémoire comme dans Men In Black, il l’aurait fait sans hésiter, il se serait effacé les souvenirs de ces trois années de lycée… Son pire souvenir et une des périodes les plus horribles de sa vie.

A cette époque, Lee Hyun s’était fait menacer et agresser par les prêteurs sur gages. Il devait se faufiler discrètement en cours. Il arrivait au lycée tôt le matin et repartait tard dans la nuit comme s’il jouait à cache-cache.

Pendant plusieurs jours, Lee Hyun avait évité les prêteurs sur gages, mais ils étaient plus malins qu’il ne le pensait. Ils avaient engagés des petites frappes dans les rues et les avaient envoyés faire pression sur ses professeurs de lycée.

Le professeur principal de la classe de Lee Hyun lui avait même demandé de rembourser ses dettes, devant toute la classe.

Le professeur s’était agenouillé devant son élève, le priant au bord des larmes de le laisser en dehors de cette histoire.

“C’était la goutte de trop. J’ai quitté le lycée le lendemain.” Se murmura-t-il à lui-même.

Lee Hyun était un peu curieux de ce que ses anciens camarades étaient devenus en allant à l’université. Mais se montrer devant tout le monde à la réunion ne lui rappellerait que des mauvais souvenirs.

“La triste vérité c’est que, la seule chose que je puisse encore faire c’est jouer à des jeux vidéo.” Lee Hyun termina son déjeuner et se glissa dans sa capsule.

*****

Weed ne ratait jamais son rendez-vous journalier devant le manoir de Rodriguez, de l’aube jusqu’au crépuscule. Qui d’autre pouvait vivre des journées aussi ennuyeuse ?

“Qu’est-ce que tu penses d’aller chasser dans la Vallée de l’Ouest ? Les Harpies ont des niveaux plus hauts, mais si on y va tous les deux, ça sera facile.”

“J’ai entendu que tu avais accepté une quête d’escorte des caravanes allant au Village Eline ?”

“Le prix du sang de Troll a presque triplé dernièrement. J’ai bien peur qu’une grosse guerre se prépare.”

Beaucoup de conversations passaient par les oreilles de Weed.

Les chevaux hennissaient, les caravanes roulaient à proximité.

En étant assis dans la rue principale, Weed pouvait rassembler beaucoup d’informations. Il apprenait ce qui se passait dans le monde. Sans cette petite distraction, il aurait déjà abandonné.

Quand Weed frappait les mannequins, il appréciait au moins la sensation de devenir plus fort. C’était très difficile pour lui de rester assis immobile sous ce soleil de plomb.

“Bouddha n’a-t-il pas médité en face d’un mur pendant plusieurs jours ?” Se demanda-t-il.

Il traversait une expérience similaire, résolut à voir Rodriguez.

Au cours des deux derniers jours, Weed avait vu Pale et Irène pour aller chasser ensemble. Ils n’étaient pas aussi forts que lui, et gagnaient donc de l’expérience plus lentement.

Pourtant, ils pouvaient quand même chasser autant de monstres qu’ils voulaient, de jour comme de nuit. Grâce à leur agenda flexible, ils rattrapèrent le niveau de Weed.

Les 30% d’expérience bonus la nuit étaient techniquement compensés par le fait que les monstres  étaient deux fois plus forts que pendant la journée. La plupart du temps, la chasse de jour était plus rentable pour les bas niveaux.

De plus, Weed était pénalisé par le fait qu’il n’avait toujours pas choisi de classe, et ne pouvait donc apprendre aucune compétence. Il serait bloqué en arrière en termes de niveaux de compétences s’il choisissait une classe plus tard que la majorité des joueurs. Et enfin, sa patience était mise à rude épreuve alors qu’il perdait un temps précieux à attendre au milieu de la rue.

“Qu’est-ce que je peux faire maintenant ? “La Maîtrise de la Sculpture”... des sculptures… “ Weed regarda autour de lui. Il trouva un morceau de bois qui avait l’air d’avoir été jeté d’une charrette.

En ramassant le morceau de bois, Weed activa la compétence de sculpture “Sculpte ça”.

*Glissement*

Alors que les mains de Weed se déplaçaient, le bois était coupé ici et là.

“Quoi … !”

Quand la compétence eut fini de sculpter, Weed soupira. Le morceau de bois carré était devenu un petit morceau de bois rond.

“J’aurai fait mieux tout seul.”

Weed ramassa un autre morceau de bois et commença à le couper avec son couteau de sculpture. Avec son expérience dans une fabrique de tissu, ses mains étaient entraînées et l’artisanat était comme une seconde nature pour lui.

Le couteau de sculpture était si aiguisé qu’il coupait le bois comme du beurre. Après quelques tentatives échouées, il finit par transformer le morceau de bois en petite épée.
*Ding*
Maîtrise de la Sculpture a augmentée.
Artisanat a augmenté.

Deux fenêtres de messages s’affichèrent en cascades.

Weed apprit quelque chose… Il n’avait pas besoin d’utiliser la compétence de sculpture pour sculpter un objet, et que quand il utilisait la compétence, il devait imaginer la forme exacte de l’objet qu’il voulait produire.

“Je devrais entraîner plus souvent ma compétence de sculpture.”

Blasé, Weed ramassa plusieurs morceaux de bois et commença à les sculpter.

“C’est plutôt marrant à sa façon.”

Weed réalisa soudain que quand il était au collège, son professeur d’art l’avait félicité pour ses compétences d’artisan. Ce que Weed sculptait se révélait souvent inutile, mais quelques pièces étaient acceptables à ses yeux.

Il passa cinq heures à sculpter des morceaux de bois. Ca semblait bizarre qu’une personne s’assoit au milieu de la rue pour sculpter du bois avec son couteau de sculpteur, mais il se sentait mieux qu’en ne faisant rien.

*Ding*
Gain de Niveau : Maîtrise de la Sculpture (Débutant Niv : 2 | 0%) :
Permet de produire des travaux plus compliqués.
Réduit les chances d’échec de la compétence.

La compétence d’Artisanat de Weed et sa Maîtrise de la Sculpture augmentaient rapidement de niveau car il fallait peu d’expérience pour passer au niveau suivant.

“Wow.” Weed était émerveillé.

Alors que son niveau en Maîtrise de la Sculpture augmentait, différentes fenêtre s’affichaient pendant qu’il sculptait des morceaux de bois.

Des conseils lui étaient proposés, comme quel endroit couper ou quelle forme pouvait être réalisée. Weed pouvait choisir un des conseils, qui était automatiquement exécuté. Même s’il faisait une erreur, la Maîtrise de la Sculpture prenait le dessus pour corriger le produit final.

Maintenant il faisait des statues de qualités. Weed sculpta un renard qu’il avait chassé l’autre nuit, et une statue de loup fut plus facile qu’il ne l’avait imaginé. Il posa ses statues terminées à côté de lui.

Le niveau de compétence de Weed était actuellement de deux, mais avec la Lame de Sculpture de Zahab elle était doublée à quatre.

Le couteau était un objet unique que tout sculpteur voudrait quoi qu’il en coûte. Le problème était que personne n’était intéressé.

La classe de Sculpteur était proche de l’extinction. Même s’il existait quelques sculpteurs en devenir, leur niveau était médiocre, il était donc inutile d'espérer tirer un bon prix de la Lame de Sculpteur de Zahab.

Quand Weed termina une de ses œuvres d’art...

*Ding*
Nouvelle caractéristique : Art

“Art ?”

*Ding*
Caractéristique Art :
Un don pour comprendre et pratiquer la création. L’Art rend les plats et les œuvres plus élégants d’un point de vue esthétique et pratique. Augmente quand vous regardez, entendez, sentez, goutez, ou touchez de belles choses, ou en créant des œuvres d’art.

“…”

Weed était silencieux. Calculant le potentiel infini promis par la caractéristique d’Art. Puis il prit une rapide décision.

“Supprimer caractéristique Art!”

*Ding*
Cette caractéristique ne peut pas être supprimée!

“Mince!”

Un joueur ne pouvait pas avoir un nombre infini de caractéristiques. Le nombre maximum était de quinze.

Weed trouvait cela intolérable qu’un de ses emplacements soit gâché pour Art. Il avait prévu de les remplir seulement avec ceux absolument nécessaires.

“Je ne peux rien y faire!” Pensa-t-il abattu.

Weed ne pouvait pas être plus déçu qu’avec Art. Il se jura de ne jamais dépenser un seul point bonus dans cette stat.

Il était heureux de savoir que la stat augmentait automatiquement, mais il était sceptique concernant sa manière de fonctionner.

Weed continua de sculpter des morceaux de bois. Cependant, il était plus intéressé par les effets secondaires que par la Maîtrise de la Sculpture elle-même.

“La Maîtrise de la Sculpture ne sert à rien. Mais l’Artisanat vaut bien de faire quelques efforts. Elle augmente la puissance d’attaque des épées et des arcs ou à mains nues. Je peux aussi travailler sur des choses plus délicates.”

La compétence d’Artisanat influençait beaucoup de secteur.

*Ding*
Gain de niveau : Artisanat (Débutant Niv : 3 | 0%) :
Vous permet d’apprendre la Cuisine et la Couture.
Augmente la puissance d’attaque avec les armes de mêlée et à longue distance. (+3% ATQ)
Augmente la puissance d’attaque avec les poings. (+5% ATQ)

La compétence d’Artisanat de Weed avait atteint le niveau trois grâce à l’expérience gagnée en sculptant.

“Ça donne vraiment pas mal.”

Weed était satisfait de l’augmentation rapide de sa compétence d’Artisanat. C’était en partie grâce au fait que les œuvres d’art qu’il produisait étaient au niveau quatre grâce à la Lame de Sculpteur de Zahab, mais la Maîtrise de la Sculpture en était la raison principale.

La Cuisine et la Couture, par exemple, affectaient plus la compétence d’Artisanat, mais pourtant elles ne pouvaient pas rivaliser avec la Maîtrise de la Sculpture en termes de délicatesse et d’adaptabilité.

En gros, la Maîtrise de la Sculpture était essentielle pour améliorer la compétence d’Artisanat. Il était inutile de dire que personne ne m'embêterait à apprendre la Maîtrise de la Sculpture simplement pour augmenter sa compétence Artisanat.

“Merde, je n’apprendrai jamais la Couture. Je déteste ça!”

Weed trouvait le fait de maîtriser les bases de la Cuisine plutôt intéressant car ça lui permettrait d’apprécier de délicieux repas tout en jouant.

Sans parler du fait qu’acheter des ingrédients dans une épicerie pour ensuite les cuisiner était moins coûteux que de commander de la viande dans un bon restaurant.

Aussi, Weed pouvait mieux gérer son Endurance en mangeant des repas fait à la main quand il partait en dehors de la cité pour chasser pendant plus d’une semaine. La nourriture toute faite ne permettait pas de régénérer entièrement l’Endurance.

En plus, Weed était tellement hanté par ses souvenirs de l’époque où il travaillait dans une usine textile qu’il était résolu à ne jamais apprendre la Couture.

“Je déteste la Couture plus que tout. Je ne toucherai jamais à un bouton.” Se dit-il.

Absorbé par son travail sur ses statues, Weed ne remarqua pas qu’il était entouré par du monde avant d’entendre des conversations bizarres.

“Wow, c’est mignon!”

“On dirait qu’ils sont vivants.”

“Je n’ai vu jamais des œuvres d’art aussi vivantes avant.”

Weed regarda dans la direction des conversations. Il y avait un groupe de personne qui regardait ses statues avec admiration.

Une petite et mignonne fille pointa son doigt vers la statue en forme de lapin.

“Salut, monsieur, est-ce que c’est à vendre ?”

Weed l’aurait gentiment reprise en lui disant qu’il n’était pas un monsieur.

Mais…

“Oui. Que puis-je faire pour toi, jeune fille ?” Dit Weed en souriant poliment en sentant l’argent à portée.

“Je veux celle-là. Combien elle coûte ?”

En lui donnant la statue en forme de lapin, Weed la regarda rapidement.

“C’est...” Weed se devait de trouver un prix correct.

Il fallait mieux vendre ses statues maintenant, sinon elles allaient rester ici pour toujours ou finir dans une poubelle. Il montra deux doigts.

“Ça coutera ça.” Dit Weed.

“Deux pièces d’argent ? C’est moins chère que je ne le pensais!” La fille paya deux pièces d’argent et prit la statue.

“Ce lapin est vraiment mignon. Je le garderai en souvenir.”

Stupéfait, Weed regarda la fille partir pleine de joie. Ses deux doigts voulaient dire deux pièces de cuivre. Juste deux pièces de cuivre. Mais la fille avait payé deux cent fois ce prix.

“Hey, je veux aussi en acheter un!”

“Moi aussi. Je vais prendre les deux renards là.”

Les petites statues de Weed se vendaient bien.

Les petites étaient vendues pour deux pièces d’argent, et les plus grosse pour trois pièces d’argent. Les renards et les lapins qu’il avait chassé autour de la Cité étaient les plus populaires à l’inverse des épées ou des boucliers.

Les animaux étaient mignons, et les clients les préféraient en souvenir de leurs débuts dans le jeu.

Un joueur de niveau 100 pouvait facilement se faire quelques pièces d’or par jour. Pour eux deux pièces d’argent n’étaient rien.

Le stock de statue se vendit rapidement.

“Peux-tu nous faire une statue de renard, s’il te plait ? Un renard avec neuf queues. Tu peux faire ça ?”

Weed le regarda et hocha la tête.

La demande n’était pas aussi difficile qu’il n’y paraît. Une forme standard de renard avec neuf queues. Pourquoi pas.

“Oui, monsieur. Mais vous devrez payer un supplément pour une demande particulière.”

“Combien ?”

“Cinq pièces d’argent.”

Quand le mot “cinq” sortit de sa bouche, Weed pensa être allé trop loin, mais le client répondit rapidement.

“Cool. Je le veux. Mais tu vas devoir en faire un beau, s’il te plait.”

Dans la Cité, il y avait une boutique de sculpture, mais elle se spécialisait dans les statues de taille réelle, parfois elles étaient serties d’or et de joyaux, et n’étaient pas abordable pour la plupart des joueurs. Comme personne d’autre n’était intéressé par la Maîtrise de la Sculpture, les statues que Weed sculptait étaient prisées.

“Wow, c’est trop cool!”

Ceux qui achetaient ses statues étaient très excités, cajolant leurs achats.

“Puis-je savoir ton nom ? Pour que je puisse venir te voir quand j’en voudrais une autre.”

“Weed – Le sculpteur Weed. Si jamais tu veux une statue, ne te gêne pas pour me contacter.”

“Merci. A plus.”

Avant le coucher du soleil, des rumeurs sur un sculpteur s’étaient répandues à l’autre bout de la Cité et des gens venaient de partout pour voir Weed.

“Oh, il est là!”

“Je veux que tu nous fasses quelques statues.”

Weed avait gagné quatre pièces d’argent lors de sa partie de chasse l’autre nuit, mais en une ou deux statues il se faisait maintenant plus d’argent. Et ça ne lui prenait que dix minutes pour en sculpter une. Alors que les matières premières ne lui coûtaient rien, c’était très lucratif.

Le jour suivant, Weed s'arrêta dans une menuiserie pour acheter des morceaux de bois en gros. Il commença à produire plus de statues.

Alors que la compétence d’Artisanat et la Maîtrise de la Sculpture montaient, des statues de plus en belles et raffinées étaient produites.

Inutile de dire, qu’avec ses compétences plus élevées, il vendait à des prix plus élevés et plus rapidement.

Des Chefs d’œuvres étaient produit toutes les deux ou trois statues sur un millier, et étaient directement vendues.

Son opinion sur la Maîtrise de la Sculpture avait un peu changée, un boulot secondaire pour remplir un peu ses poches.

Fin du Chapitre 5 Volume 1


2 commentaires:

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.