RPMI Chapitre 115



Le Récit du Périple d’un Mortel
vers l’Immortalité

Chapitre 115 : Un Changement Saisissant






Juste au moment où ils atteignirent le deuxième étage, avant même que Yan Ge ne puisse frapper à la porte, la voix de Dame Yan se fit entendre de l'intérieur de la pièce.

« Est-ce Han Li et Yan Ge ? »

« C'est bien ça, Quatrième Mère Martiale ! » Répondit respectueusement Yan Ge tout en s’arrêtant hâtivement.

« Yan Ge, tu peux repartir. Han Li peut rentrer seul. » La faible voix de Dame Yan pouvait être entendue de l'intérieur. Cette voix froide et très reconnaissable ne pouvait que toucher le cœur de Han Li.

« Comme vous le souhaitez. » Yan Ge était manifestement très respectueux envers Dame Yan, et il suivit ses ordres sans montrer la moindre hésitation. Après avoir souri à Han Li, il quitta tranquillement le deuxième étage. Seul Han Li resta en haut des escaliers, attendant devant la salle.

Han Li regarda froidement en direction de la porte de la pièce, mais au lieu d'entrer immédiatement, il libéra ses sens spirituels et scruta la situation à l'intérieur de la pièce. Il ne voulait pas s’y rendre seul, pour finir par être pris en embuscade et tué par une foule de soldats cachés dans la pièce, donc il valait mieux être un peu prudent !

C'était très calme dans la pièce, et le nombre de personnes à l'intérieur n'était pas élevé. Han Li ne pouvait entendre que la respiration et les battements de cœur de Dame Yan et de quelques autres. Il semblait qu'il n'y avait personne qui ne devrait pas être là. Cela soulagea grandement Han Li.

Alors, il s'avança et frappa légèrement sur la porte à deux reprises. Il ouvrit ensuite la porte de la pièce, prévoyant de jeter un coup d'œil rapide avant d'entrer. Cependant, ce qu'il vit dans la salle lui fit un grand choc. Son pied s’était arrêté en l’air.

La pièce était la même que celle de la nuit précédente ; les chaises, les bureaux, et les décorations étaient tous exactement les mêmes. La seule chose différente était le style de robe de ces belles femmes. Dame Yan et les autres belles épouses portaient toutes des vêtements de deuil en soie blanche qui les couvraient de la tête aux pieds. Elles étaient toutes assises sur des chaises et regardaient Han Li d’un regard calme et sans sourciller .

Le teint de Han Li devint un peu pâle. Cependant, il n'avait pas peur, mais il était plutôt embêté par les actions du défunt Docteur Mo.

La raison pour laquelle le Docteur Mo, ce vieux renard, l'avait forcé à voyager sur une si grande distance, était très claire. Il semblait qu'il avait deviné correctement : cette lettre contenait un message caché qui donnait à ces tigresses des nouvelles de la mort du Docteur Mo. C'était comme si elles attendaient que le meurtrier du Docteur Mo vienne les voir volontairement !

Han Li prit une profonde inspiration et retrouva un teint normal. Il entra ensuite dans la salle à grands pas ; sans une trace de politesse, il chercha une chaise et s’assit avec arrogance en face des épouses. Après avoir vu qu’elle ne disaient pas un seul mot, il prévoyait d'observer comment ces femmes le traitaient au final.

Il était clair que les actions complètement débridées de Han Li étaient destinées à les provoquer. Cependant, contre toute attente, il les avait plongées en plein désarroi. Chacune de leurs expressions était particulière.

L'expression de la Seconde Épouse Li avait virée au vert. Il était clair que ce Han Li, qui avait si clairement dit "Mère Martiale" hier, osait maintenant agir avec audace comme s'il rencontrait des personnes de la même génération. Cette Deuxième Épouse était née d'une famille d’érudit et prêtait une grande attention à la séparation entre générations. Maintenant qu'elle rencontrait ce gars qui se montrait in-filial envers son maître, comment pouvait-elle ne pas trembler de colère ?

(Ndt : séparation des jeunes et des générations plus âgées ; confucianisme - respectez votre grand-mère, les enfants.)

L’expression de la Troisième Épouse Liu différait grandement de celle de Dame Li. Non seulement elle s'abstenait de se fâcher, mais elle regardait également Han Li avec une expression très intéressée. Cependant, en raison de son charme étonnant, Han Li n'osait pas la regarder directement, et l’avait simplement aperçu en faisant un balayage du regard.

Dame Yan, et la calme et élégante Dame Wang avaient à peu près les mêmes réactions. Elles regardaient Han Li sans rien dire, avec des regards dont débordant un froid glacial.

« Votre courage est terriblement grand, dernier disciple de mon Seigneur et Mari ! »  Après le temps qu'il faut pour préparer une tasse de thé, Dame Yan prit finalement la parole, ses paroles contenaient un soupçon de moquerie. Tout le monde pouvait entendre avec clarté le ridicule dans sa voix.

« Mères Martiales, tout ce que vous voudriez savoir ou tout ce que vous souhaitez dire, s'il vous plaît dites-les directement. Je ne veux pas entendre de bêtises ou des paroles inutiles ! » Dit Han Li avec un visage sans expression.

Han Li avait clairement compris ; Que si une épouse commençait à clamer à quel point elle se sentait mal, et bien les autres épouses finiraient par se livrer à un duel verbal. Plutôt que d’avoir à déployer beaucoup d'efforts pour résoudre ce problème, il estimait qu'il devrait aussi bien aller directement au cœur du problème. C'était ce qu'il croyait.

Comme il n'y avait pas le moindre reflet d’un sabre ou l’ombre d'une épée appartenant à des experts dissimulés à l'intérieur de la pièce, Han Li spéculait que les épouses n'avaient aucune intention de se débarrasser de lui pour le moment. Il semblait qu'elles avaient soit des doutes, soit elles avaient des exigences à lui communiquer. Comme la situation se déroulait de cette façon, il n'y avait pas besoin de se montrer trop poli. Quoiqu’il advienne, la mort du Docteur Mo était une invitation à toutes sortes de catastrophes ; Il n'avait pas à avoir honte.

« Vous… » Bien que Dame Yan eût beaucoup de connaissances sur toutes les sortes de batailles qui se jouaient entre les hommes, le ton cassant des paroles de Han Li avait failli la laisser sans voix.

« Bien, je vais demander alors ! Mon Seigneur et Mari a-t-il été tué de vos mains traîtresses ? » La Deuxième Épouse ne pouvait pas s'empêcher de vouloir cracher du feu de ses charmants yeux. Son air érudit avait complètement disparu, laissant derrière lui un visage seulement empli de ressentiment.

« Deuxième sœur ! » Dame Yan fronça les sourcils, et l’appela doucement comme pour l’empêcher de poser des questions qui pourraient causer le désaccord immédiatement des deux parties.

« Cette Dame Li est en fait assez franche pour oser mettre directement la question la plus cruciale sur la table. » Ricana Han Li intérieurement, en voyant cela.

« On pourrait dire que je l'ai tué, mais on pourrait aussi dire qu'il s'est suicidé ! » Dit Han Li avec indifférence.

Cette phrase provoqua la stupeur des épouses assises en face de lui. Elles pensaient que Han Li allait soit le nier sans tarder, soit tout simplement l'admettre ouvertement. Qu'étaient-elles censées faire si elles ne pouvaient pas donner de sens à la réponse ?

La Deuxième Épouse Li eut un air absent pendant un moment, puis elle s’agita immédiatement. Elle croyait avec certitude que Han Li se jouait d'elles.

« Que veulent dire ces absurdités ? C'est clairement vous qui lui avez nui. » Rétorqua Dame Li, tremblante.

« Comment êtes-vous certaine que je l’aie tué ? L’avez-vous vu de vos propres yeux ? » Questionna Han Li, ne faisant plus preuve d’aucune forme de politesse. Il comprenait clairement que le Docteur Mo avait écrit dans la lettre qu'il avait été assassiné. Naturellement, elles n'étaient pas tout à fait sûres de savoir si oui ou non il était mort de la main de Han Li. Han Li devinait que la lettre, que le Docteur Mo avait réservée à l’attention de ses épouses, ne contenait que quelques paroles spéculatives. En conséquence, Han Li pouvait complètement réfuter leurs doutes.


« Comme vous affirmez cela, dites-nous à nous ses femmes, comment notre Seigneur et Mari a-t-il été assassiné. Si vous n’avez vraiment joué aucun rôle, nous ne vous traiterons pas délibérément injustement. » La calme et élégante Cinquième Épouse Wang, qui avait été silencieuse tout du long, prit finalement la parole.





Pour me permettre de consacrer plus de temps à la traduction de ce novel, vous pouvez m'encourager en vous inscrivant sur mon Patreon, ou en faisant un don, et aussi avoir accès à des chapitres bonus.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire