Sélection du message

Annonce

Après un petit craquage... j'ai décidé d'arrêter les frais. Ceux qui ont lu mon précédent message avant que je l'efface comprend...

RPMI Chapitre 71


Le Récit du Périple d’un Mortel
vers l’Immortalité

Chapitre 71 : Poudre d’Esprit Pur




 
Han Li fronça les sourcils et se tint immobile.

Il venait juste de finir de prendre le pouls de l’Ancien Li et d’examiner sa langue et ses pupilles. Il diagnostiqua hâtivement que ce poison était un mélange de différents poisons, comme le Rouleau de Soie Aromatique qu’il avait utilisé auparavant. Han Li n’avait pas la capacité d’éliminer le poison en ciblant un type de poison à la fois. Il pouvait seulement essayer d’utiliser la Poudre d’Esprit Pur et d’autres méthodes peu orthodoxes.

Pensant à ceci, Han Li maudit secrètement les autres médecins qui n’avaient pas eu le courage de contrer le poison et de continuer à prétendre qu’ils cherchaient une solution, le laissant ainsi avec cet épineux problème.

Après un moment, l’Ancien Zhao ne put plus se retenir et demanda :

« Vous, mon petit ! Saurez-vous sauver l’Ancien Li ou pas ? Dites quelque chose ! »

« Ancien Zhao, vous êtes trop impatients. Ne voyez-vous pas que le Docteur Han essaie de trouver une solution ? Soyez plus patient ! » Avant que Han Li ne puisse répondre, le Chef de Secte Ma qui se tenait à proximité, fit une fois de plus semblant d’être l’allié d’Han Li et railla l’Ancien Zhao.

L’Ancien Zhao le regarda et ouvrit la bouche comme pour dire quelque chose, mais Han Li n’attendit pas qu’il commence à parler. Il toussa légèrement, coupant court à toute conversation.

Le toussotement d’Han Li déclencha un regard surpris des gens à l’intérieur de la maison. À ce moment-là, Han Li se souvint qu’il avait seulement un peu plus de dix sept ans, mais lui, quoique de façon un peu comique, avait toussé comme un vieil homme. L’ironie de la situation, cependant, n’avait pas d’importance. Il avait atteint son but et n’avait pas envie d’avoir à entendre la paire se disputer une fois de plus.

« Il s’agit d’un mélange de différents poisons, ce qui le rend très pénible à supprimer. Je ne peux pas promettre que je peux supprimer complètement ce poison, mais je peux essayer. Le processus est risqué, et il peut même hâter la mort de l’Aîné Li. Voulez-vous toujours poursuivre ? » Han Li fit semblant d’être gêné et acheva sa déclaration.

Pour lui, il valait mieux ne pas faire l’effort d’éliminer le poison, vu que ses chances de succès n’étaient pas très favorables.

Les membres de la famille se regardèrent les uns les autres aux paroles d’Han Li. Personne n’osa exprimer son accord et le laisser commencer à traiter le poison immédiatement, mais ils savaient qu’à part Han Li, aucun autre médecin ne serait capable de guérir l’Ancien Li.

Après un certain temps, Dame Li, l’épouse de l’Ancien Li, demanda soudainement :

« Docteur Han, à combien estimez-vous votre taux de réussite pour sauver mon mari ? »

« Cinquante pour cent. » Déclara Han Li sans hésiter.

« Très bien. Docteur Han, s’il vous plaît faites de votre mieux pour le sauver. Si quelque chose arrive à mon mari, ce sera à cause de la volonté du Ciel. Je ne vous porterai jamais aucun ressentiment Docteur Han. » Dame Li ne montra aucune hésitation, réussissant à prendre une décision avec une détermination à laquelle Han Li ne s’attendait pas.

« Sœur, vous n’allez pas reconsidérer ? Je pense que c’est incroyablement risqué étant donné que ce médecin est très jeune ! » L’Ancien Zhao était devenu plutôt anxieux et voulait dissuader Dame Li de se montrer trop impulsive.

« J’ai réfléchi avec le plus grand soin. Si le Docteur Han ne traite pas le poison, mon mari ne vivra pas au-delà de ce soir. Pourquoi ne pas prendre le risque et essayer, même s’il n’y a que cinquante pour cent de réussite ? » Dit doucement Dame Li en baissant la tête.

« Ce... » L’Ancien Zhao ne trouva pas un seul mot à dire.

Han Li regarda brièvement les autres personnes et voyant qu’elles ne contestaient pas la décision de Dame Li, il retira une bouteille de porcelaine verte de son sac de médicament. De la bouteille, il sortit une pilule médicinale rouge.

« Que quelqu'un apporte un bol d’eau tiède, dissolvez cette pilule dans l’eau et faite-la boire à l’Aîné Li. »

« J’y vais. » Une voix claire et mélodieuse retentit avant qu’Han Li eut fini de parler.

Tout de suite après avoir répondu, Zhang Xiuer qui avaient toujours les yeux rouges, et qui se tenait auparavant sur le côté, se mit en marche.

Li Feiyu regarda distraitement avant de la suivre dehors. Han Li ne put pas s’empêcher de ressentir un dédain débridé envers Li Feiyu.

Un instant plus tard, Zhang Xiuer entra en affichant un visage impuissant, les deux mains vides. Li Feiyu suivait derrière de près, tenant soigneusement un petit bol en porcelaine blanche.

La foule dans la chambre, en voyant cette scène, ne put pas s’empêcher de sentir un peu de chaleur dans leurs cœurs. Leurs visages révélaient le bonheur qu’ils prenaient à regarder un bon spectacle, faisant rougir le visage de Zhang Xiuer dans un halo rouge rosé. Ses mains se frottaient l’une contre l’autre, révélant l’apparence d’une humble fille sans défense.

Les réactions de Zhang Xiuer amenuisèrent l’atmosphère nerveuse de la pièce, atténuant la tension dans leur cœur.

Li Feiyu donna directement le bol à Dame Li.

« Docteur Han, veuillez vérifier si ce bol d’eau suffira s’il vous plait. » Dame Li tourna la tête pour demander l’avis de Han Li.

« Ça ira. »

Han Li balaya le bol blanc du regard. Il prit ensuite le bol d’une seule main et jeta la pilule médicinale dans l’eau. En un clin d’œil, le bol entier d’eau prit une couleur rouge.

« Faites boire ceci immédiatement à l’Aîné Li. Les femmes sont plus prudentes, donc ce serait mieux si vous acceptiez cette tâche. » Han Li tendit sa main et le bol vers Dame Li.
Dame Li accepta précipitamment, n’osant pas refuser la demande d’Han Li.

Pour elle, chacun des mots d’Han Li affectait la vie de son mari, alors comment pourrait-elle ne pas écouter avec attention ?

« Qu’est-ce que ce médicament ? » Demanda l’Ancien Zhao les yeux écarquillés et avec une certaine appréhension, exprimant la question que tout le monde dans la pièce voulait savoir, tout en regardant Dame Li verser le grand bol d’eau médicinale dans la bouche de l’Ancien Li.

« Il s’agit d’un type d’antidote que j’ai personnellement concocté. Si tout va bien, il sera efficace contre le poison présent dans le corps de l’Aîné Li. » Répondit Han Li, minimisant la profondeur de ses compétences.

Il ne voulait pas que d’autre personne apprenne l’existence de la Poudre d’Esprit Pur. Il serait préférable pour lui de garder un profil bas, afin que cet élixir spirituel ne lui vaille pas un mal de tête.

Après le temps qu’il faut pour manger un repas, le voile d’air sombre recouvrant le visage de l’Ancien Li commença à rétrocéder, devenant graduellement plus mince. Les tâches de poison sur son corps virèrent du sombre au clair et commencèrent à rétrécir.

Avec ces changements évidents, même un novice serait en mesure de dire que le poison dans le corps de l’Ancien Li était progressivement éliminé, poussant l’Ancien Li sur le chemin de la guérison.

Après avoir vu cela, les gens dans la pièce ne purent pas s’empêcher de sentir leurs visages rayonner de bonheur comme ils voyaient Han Li sous un nouvel angle. Seul l’Ancien Zhao était incapable de complètement changer d’avis sur Han Li, son nez produisait doucement le son « heng », mais son expression s’était un peu adoucie.

En voyant qu’il n’avait rien fait d’autre pour alléger les effets du poison, et que pourtant il était déjà en train de disparaître, même Han Li était surpris.

L’efficacité de la Poudre d’Esprit Pur dépassait complètement ses attentes. Sa pensée suivante était que peut-être le poison qui affligeait l’Ancien Li n’était pas aussi impressionnant qu’il le pensait.

En voyant ces évolutions positives, Han Li avait quelques inquiétudes, et il y avait deux raisons pour cela.

La première raison était qu’il venait de dire que le processus de lutte contre le poison présenterait certains risques, mais le poison avait été dissipé facilement. Les autres pourraient penser qu’il les avait intentionnellement trompés. Ça reviendrait au même que de se gifler lui-même le visage ?

Deuxièmement, si la Poudre d’Esprit Pur était aussi efficace pour dissiper le poison, comment se faisait-il qu’il ne pouvait pas contrer le poison dans son propre corps ? Cela lui fit ressentir encore plus de colère et de préoccupation au sujet du poison dans son corps.



1 commentaire:

  1. Merci pour ce chapitre

    Le poison dans son corps doit être spécial. Sinon qu’est-ce que ça pourrait être?

    RépondreSupprimer