Sélection du message

Annonce

Après un petit craquage... j'ai décidé d'arrêter les frais. Ceux qui ont lu mon précédent message avant que je l'efface comprend...

RPMI Chapitre 69


Le Récit du Périple d’un Mortel
vers l’Immortalité

Chapitre 69 : Li Feiyu et la Jeune Femme




 
La résidence de L’Ancien Li n’était pas extravagante ; bien au contraire, c’était simplement une petite maison modeste.

Autour des quelques maisons à proximité, il y avait un mur de deux mètres de haut, épais d’un demi-mètre qui entourait une cour banale. Face au chemin, il y avait une passerelle arquée en demi-lune, à travers laquelle Han Li pouvait voir que le jardin était rempli de nombreux visiteurs.

Entrant dans la cour, Han Li se rendit compte que le nombre réel de personnes était beaucoup plus élevé que ce qu’il avait pu voir de l’extérieur de la porte. Ils étaient rassemblés en groupes de deux ou trois personnes, discutant de l’état de L’Ancien Li à voix basse.

Han Li avait déjà entendu raconter dans la Secte des Sept Mystères que L’Ancien Li était une personne avec une bonne nature. Que ce soit avec un disciple de rang inférieur ou un collègue estimé, il se fâchait rarement, et ne manigançait pas pour gagner en pouvoir et en profit dans la secte. En conséquence, beaucoup de figures de la secte, importantes ou insignifiantes, n’avait rien d’autre que des compliments pour le vieil homme, ce qui rendait sa popularité très élevée.

Maintenant que L’Ancien Li souffrait d’une maladie induite par le poison, toute personne avec un statut élevé dans la secte finissait par lui rendre hommage soit personnellement, soit par le biais d’un représentant. Pas une seule personne n’avait négligé de le faire, que leur venue soit sincère ou hypocrite. En conséquence, la cour fut bientôt remplie par une foule de gens.

Une fois que Han Li fut entré, il fut reconnu par les gens dans la cour. Les Protecteurs des rangs les plus bas l’entourèrent immédiatement, chacun s’efforçant d’être le premier à le saluer.

« Comment allez-vous, dieu de la Médecine Han ? ! »

« Le Docteur Han est arrivé ! »

Une vague de bon sentiment retentit et assaillit ses oreilles sans discontinuer. Même s’il ne voulait pas entendre ces bruits sans fin, il n’avait pas d’autre choix que d’endurer.

En voyant ces visages débordant d’enthousiasme, Han Li montra aussi un sourire éclatant qui n’était pas différent de celui montré par la foule en termes de splendeur. Cependant, bien qu’il semblât être extrêmement courtois, il était en fait malade de ses faux semblants.

Heureusement, ceux qui avaient un statut élevé, tels que les Vice-Chefs de secte et les Anciens Consacrés, hochaient implicitement la tête en direction de Han Li, montrant qu’ils avaient vu son arrivée sans faire un geste pour s’approcher de lui.

Voyant qu’ils ne le forçaient pas à aller les saluer, Han Li eut une bonne impression de ces estimés personnages.

Comme Ma Rong avait un statut inférieur, il était incapable de faire quoi que ce soit sinon de se tenir sur le côté avec un regard inquiet. Tandis que les Protecteurs essayaient de se rapprocher d’Han Li en envoyant un flot constant de plaisanteries, le visage de Ma Rong révélait de l’inquiétude pendant qu’il frottait ses deux mains l’une contre l’autre sans s’arrêter.

Enfin, après qu’Han Li eut fini de saluer la dernière personne, Ma Rong ne put pas attendre plus longtemps, alors il se précipita immédiatement en avant, saisissant le bras de Han Li avec une main et chargea directement dans la maison. Cette action rude et impétueuse provoqua la colère de quelques personnes qui souhaitaient être en bons termes avec le dieu de la médecine Han, révélant un peu de leur mécontentement.

À l’extérieur Han Li montrait un sourire forcé, mais il était en fait assez satisfait de la décision de Ma Rong. De cette façon, il pouvait enfin se débarrasser de ces ennuyeuses personnes qui arrivaient sans discontinuer, sans avoir à n’offenser personne.

Avec un sentiment d’urgence, Han Li fut tiré dans la salle de séjour par Ma Rong.

Il n’y avait pas beaucoup de gens à l’intérieur, à l’exception de quelques membres de la famille et deux Anciens. Le Chef de Secte Ma était aussi présent, mais ce qui surprit le plus Han Li, était que Li Feiyu était également à l’intérieur de la pièce.

Han Li fut choqué. Selon ce qu’il savait, il n’y avait aucune relation entre Li Feiyu et L’Ancien Li, alors pourquoi s’était-il montré ici ?

Au moment où son ventre allait éclater d’un trop plein de question, Han Li remarqua que le Disciple Senior Li était en train de réconforter une petite* fille dont les larmes inondaient son visage. L’expression hautement concentrée de Li Feiyu était lacée de traces d’émotions, un aspect qui était très différent de celui qu’il donnait habituellement à voir à ses camarades disciples.

*(Ndt : en français dans le texte)

En voyant l’apparence énamourée de Li Feiyu, Han Li réalisa soudainement ce qu’il se passait. Surpris, il ne pouvait pas s’empêcher de penser que c’était très drôle.

Han Li scruta rapidement et soigneusement l’apparence de la jeune dame, désireux de voir quel genre de beauté pouvait distraire Li Feiyu de tout le reste juste par amour.

La jeune femme qui semblait avoir environ quinze à seize ans, portait une épingle à cheveux de jaspé. De plus, elle portait une robe de couleur vert lotus, qui apportait un air coquin et malicieux aux traits de son visage initialement doux et agréables. Malgré cela, ses deux yeux étaient gonflés et rouges, ce qui la faisait paraître belle mais aussi pathétique.
Son aspect déprimé donnait envie aux gens de l’enlacer et l’étreindre amoureusement.

« Zé zé ! Elle est vraiment une honnête et jeune demoiselle. » S’exclama Han Li pendant un bon moment dans son cœur, pensant que la chute de Li Feiyu dans le piège d’amour de cette dame était pardonnable. Dans son cœur, il y avait encore quelque trace d’envie et de jalousie, ne sachant pas quand il serait également en mesure d’avoir une proche compagne.

Peut-être était-ce parce qu’il s’était rendu compte que Han Li étudiait cette jeune dame, mais Ma Rong s’empressa de présenter toutes les personnes qui se trouvaient dans la maison à Han Li, afin qu’il puisse se sentir plus à son aise.

Le Chef de Secte Ma et l’Ancien Qian à la face blanche que Han Li avait déjà vu auparavant, n’avaient naturellement n’a pas besoin d’être présentés. Puis, il prit immédiatement l’initiative de s’avancer pour inspecter le corps.

« Salutations Chef de Secte Ma, Aîné Qian !

« Hé hé ! Le jeune Docteur Han est arrivé ! » Le Chef de Secte Ma agissait comme s’il était un ami proche de Han Li, presque comme s’il n’y avait pas de différence dans leur statut.

« Le Docteur Han est le Docteur Han, Pourquoi aviez-vous besoin de dire le mot « jeune » ? » Maudissait Han Li silencieusement dans son cœur, totalement en désaccord avec la phrase prononcée par le Chef de Secte Ma.

En revanche, l’attitude de l’Ancien Qian était froide et détachée. Il hocha simplement la tête, agissant complètement à l’opposé du Chef de Secte Ma. Han Li n’était pas offensé par l’indifférence de l’Ancien Qian, car il savait que celui-ci pratiquait une méthode spéciale de cultivation qui l’obligeait à se défaire de ses sentiments et désirs, ce qui le menait à traiter tout le monde avec la même attitude froide et indifférente.

En plus du Chef de Secte Ma et de l’Ancien Qian, il y avait un autre Ancien, grand, robuste et rougeaud, avec lequel Han Li n’était pas familier. Les paumes de cet Ancien étaient grosses et rugueuses, et chacun de ses dix petits doigts étaient épais et solides ; En se basant sur cela, il était évident qu’un seul coup d’œil permettrait de voir que cet Ancien s’était entraîné dans un art martial spécial.

« Il s’agit de l’Aîné Zhao, ami proche de mon maître. Son travail précédent était de superviser la Division de Récolte de Trésor à l’extérieur de la montagne. Il est rentré il y a deux jours. » Dit Ma Rong tout en présentant l’Ancien à Han Li.

L’Ancien Zhao ne se montrait ni froid ni chaleureux envers Han Li. Il fit un « en » sonore avec son nez, sans dire un mot, mais le doute dans ses yeux était évident. Il n’avait clairement pas confiance dans les compétences du dieu médicinale Han ici présent, en raison de son jeune âge.
Étant donné que l’Ancien Zhao ne semblait pas avoir une attitude favorable envers lui, Han Li ne prendrait naturellement pas l’initiative de le flatter. À l’instar de l’Ancien Zhao, Han Li le salua placidement, puis il fit de son mieux pour éviter les autres personnes.



1 commentaire:

  1. Merci pour ce chapitre

    Ça s’onnonce difficile de purger ce poison sans complication.

    RépondreSupprimer