Sélection du message

Annonce

Après un petit craquage... j'ai décidé d'arrêter les frais. Ceux qui ont lu mon précédent message avant que je l'efface comprend...

RPMI Chapitre 68


Le Récit du Périple d’un Mortel
vers l’Immortalité

Chapitre 68 : Empoissonné





En ce qui concernait les autres techniques, Han Li attendait beaucoup de la Technique de l’Œil Céleste après avoir été témoin de la terrible puissance que contenait de la Technique de Boule de Feu malgré sa simplicité.

Cependant, après l’avoir exécuté, Han Li comprit que cette technique magique était simplement un petit transfert d’énergie vers les yeux. Il n’y avait guère de difficulté à noter, ce qui montrait qu’elle était facile à maîtriser.

Cependant, la Technique de l’Œil Céleste semblait facile à maîtriser car sa difficulté était directement proportionnelle à la force de sa cible. Elle devenait de plus en plus difficile à maîtriser avec la montée en puissance de la cible. Ses fonctions étaient principalement dédiées à la vérification de la force et la pureté de la puissance magique appartenant aux cultivateurs, ce qui en faisait une technique magique secondaire plutôt utile.

Dans un premier temps, Han Li fut euphorique et utilisa la Technique de l’Œil Céleste sur ses deux yeux. Il utilisa ensuite ses yeux, maintenant remplis de pouvoir magique, pour inspecter l’état de son propre corps. Grâce à sa perception améliorée, il vit une vague couche de lumière blanche qui imprégnait son corps. Plus il se rapprochait de son Dan tian, plus la lumière blanche devenait dense.

La lumière blanche était son pouvoir magique. Quand Han Li vit cela, il ne put pas s’empêcher de tendre la main pour toucher la lumière blanche. Toutefois, il ne sentit rien du tout. Il remarqua que le pouvoir magique était semblable à l’air ; tous deux étaient incorporels et sans formes, et il pouvait l’inspecter uniquement grâce à l’utilisation de la Technique de l’Œil Céleste.

Mais après plusieurs inspections consécutives, Han Li perdit complètement tout intérêt pour la Technique de l’Œil Céleste.

Sa perte d’intérêt était due au fait qu’il était tout seul dans la Secte des Sept Mystères. Sur qui pourrait-il utiliser la Technique de l’Œil Céleste ? Il ne pouvait vraiment pas passer toute la journée à s’examiner lui-même narcissiquement !

Par conséquent, mise à part l’intensification de son entrainement à la Technique de Boule de Feu, avec laquelle il espérait être en mesure de se familiariser afin de pouvoir l’utiliser pendant un combat réel, Han Li tourna son attention vers d’autres types de techniques magiques qu’il n’avait pas encore appris. Il commença à pratiquer d’autres techniques magiques lentement et de façon répétitive, dans l’espoir de faire plus d’avancées.

Tout en récupérant une légère partie de son énergie corporelle, Han Li ne pouvait que soupirer après avoir vu la difficulté de s’entrainer dans les autres techniques de magie. La fréquence de ses plaintes, cependant, diminua significativement au fil du temps, car il continuait à pratiquer les techniques.

Dong — Dong —

La cloche près de l’entrée de la vallée sonna ; son carillon se répandait dans la vallée.

Han Li fronça les sourcils. Il ne savait pas pourquoi, mais récemment, le nombre de personnes qui venait demander de l’aide avait subitement augmenté. En outre, une majorité d'entre eux avait les mains brisées, des bras cassés, des blessures de couteau, des blessures de projectiles et d’autres blessures externes similaires.

Il n’osait pas négliger ses patients parce qu’aider une personne était comme aider à éteindre un incendie*. Il se prépara et saisit son sac d’intervention médicale. Après avoir quitté sa maison, Han Li se précipita vers l’entrée de la vallée.

(Ndt : * idiome : sauver une personne et éteindre un incendie doivent être faits immédiatement et avec le plus grand soin.)

Il était encore tôt et devant l’entrée de la vallée, Han Li vit un disciple de haut rang qui portait des vêtements brodés. Le disciple s’éloignait et se rapprochait ensuite anxieusement de la grande cloche comme une fourmi sur une poêle chaude.

En voyant Han Li, il se précipita immédiatement vers lui.

« Docteur Han, veuillez me suivre s’il vous plait. Mon maître a été empoisonné et est sur le point de mourir. Je vous demande respectueusement de jeter un coup d’œil pour voir si vous pouvez neutraliser le poison dans son corps. »

Lorsque cette personne se rapprocha, Han Li se rendit compte que le disciple avait un visage familier. L’ayant vu à plusieurs reprises, il se rendit compte que l’homme était le disciple favori de l’Ancien Li, Ma Rong, qui était précédemment venu rendre plusieurs fois visite à Han Li au nom de son maître, l’Ancien Li. Ainsi, Ma Rong pouvait presque être considéré comme une connaissance.

« Empoisonné ? »  Questionna Han Li tout en s’engageant immédiatement sur le chemin. 

Pendant qu’ils se hâtaient, Han Li demanda sans conviction le détail des événements qui avaient provoqués le malheur de l’Ancien Li. Han Li savait qu’il y avait plusieurs poisons que même lui ne connaissait pas.

« Oui, mon maître a combattu avec un membre du Gang des Loups Sauvages lors d’un voyage hors de la montagne pour s’occuper de certaines affaires. En fin de compte, il n’a pas fait assez attention et il a subi l’attaque d’un objet qui ressemblait à une graine vert foncé. Dans un premier temps, mon maître n’était pas trop inquiet et a même continué à riposter pour finir par tuer son adversaire. Qui aurait pu savoir que le poison prendrait soudainement effet sur le chemin du retour vers le haut de la montagne, et le ferait tomber inconscient ? »

« Avez-vous essayé de demander l’aide des autres médecins ? »

« Bien sûr, nous l’avons fait. S’il s’agissait de n’importe quel autre poison ordinaire, alors je ne serais pas venu déranger Docteur Han. Ces médecins charlatans ne savaient rien, sinon que mon maître souffrait d’un poison rare ; ils n’ont même pas osé prescrire un médicament. »

Ma Rong parlait avec une expression extrêmement insatisfaite.

Pendant qu’Han Li écoutait, son expression faciale ne changea pas. Pendant qu’il suivait Ma Rong qui se précipitait sur le chemin, le seul bruit qu’il fit était « En ». Bientôt, cependant, des doutes commencèrent à surgir dans son cœur.

À vrai dire, il n’était pas extrêmement bien versé dans la guérison des poisons. Si c’était une blessure interne ou externe, il pouvait s’appuyer sur plusieurs types d’herbes médicinales. Cependant, s’il devait traiter certains poisons mortels rares, il n’était pas sûr de pouvoir trouver une solution au problème.

Même s’il possédait la Poudre d’Esprit Pur, un antidote qui pouvait guérir des centaines de poisons, il y avait d’innombrables poisons dans le monde. Qui pouvait savoir si la Poudre d’Esprit Pur pourrait guérir le poison particulier qui troublait l’Ancien Li ? Les quelques médecins locaux n’étaient pas complètement incompétents quand il s’agissait de dissiper des poisons ; dans le cas contraire, ils auraient été éjectés de la montagne par les Anciens de la Secte des Sept Mystères. Après tout, la secte ne pouvait pas se permettre de former un groupe de disciples incompétents en médecine, et qui ne parviendraient pas à guérir même les plus petites blessures.

Cependant, ils n’osaient même pas prescrire une simple ordonnance, ce qui montrait que ce poison présentait une difficulté qu’ils n’avaient jamais rencontrée auparavant. Han Li ne pouvait survivre qu’en ayant beaucoup de cartes cachées et en étant capable de s’adapter à toute situation. Même s’il ne pouvait pas sauver L’Ancien Li, il était peu probable que cela nuise à sa propre réputation. Après tout, il n’existait pas de dieu de la médecine qui pouvait guérir toutes les maladies.

Pendant qu’Han Li affinait soigneusement son plan, Ma Rong le contraint pratiquement à courir en saisissant les manches de son vêtement. De cette manière, les deux se précipitèrent vers la résidence de l’Ancien Li.

Le voyant si énergique, Han Li savait que leur relation maître-à-disciple était assez profonde.

Han Li se sentait un peu triste parce qu’il pensait à sa relation avec le Docteur Mo. Bien qu’ils soient maître et disciple en nom, leur relation réelle était semblable à celle de deux ennemis. Si seulement leur relation avait été aussi harmonieuse que celle entre Ma Rong et son maître.

Dans les profondeurs de son cœur, Han Li avait toujours porté une forme de respect envers le Docteur Mo. Car après tout, ses connaissances médicales et les Arts de l’Éternel Printemps lui avaient été conférés par le médecin décédé.

Mais malheureusement, les choses n’étaient pas censées se dérouler ainsi. Les cieux avaient décidé que ces deux-là seraient incapables de vivre dans le même monde, ce qui les força à combattre une lutte intense dans laquelle le Docteur Mo mourut accidentellement des mains de Han Li.

Repensant à ses souvenirs passés, Han Li ne put pas s’empêcher de soupirer. Ensuite, Ma Rong l’emmena là où était l’Ancien Li.



1 commentaire: