RPMI Chapitre 60


Le Récit du Périple d’un Mortel
vers l’Immortalité

Chapitre 60 : Test de Poison




 
Yu Zhitong était très confiant d'arriver à tenter Han Li car il ne croyait pas qu’il existe une personne qui puisse résister à emprunter le chemin des cultivateurs et à la tentation de l’immortalité.


Il se souvenait à quel point le Docteur Mo le détestait, et au fait qu’il avait quand même fini par travailler avec lui et que parfois il essayait même de lui être agréable, croyant que cela rendrait Yu Zhitong plus docile.

Mais cela ne fit que décevoir Yu Zhitong, car après qu’Han Li eut entendu sa promesse alléchante, il ne montra pas le moindre soupçon d’excitation, son visage était resté impassible et figé.

« En ce qui concerne la question de la coopération, nous pourrons en discuter plus tard. Pour le moment, j’ai encore une question à laquelle j’espère tu pourras me fournir une réponse claire. » Dit doucement Han Li tout en regardant tranquillement la boule de lumière.

« Si je réponds à vôtre question, alors vous serez prêt à coopérer avec moi ? »

« Cela dépend de ta réponse et si elle me satisfait. »

« Ok, posez là ! » Yu Zhitong promit immédiatement de répondre, et montra ainsi sa compréhension de la notion « toute personne doit apprendre à céder sous la pression ».

Han Li ne répondit pas immédiatement, au contraire il leva la tête vers le plafond d’une façon contemplative, comme s’il réfléchissait à comment il allait formuler la question.

Voyant le visage solennel de Han Li, Yu Zhitong ne put s’empêcher de sentir un sentiment de peur s’insinuer dans son cœur pendant qu’il se demandait quel genre de question casse-tête Han Li allait lui poser.

« Je veux savoir si il y a de mauvais effets secondaires pour avoir dévoré le Docteur Mo et une partie de ta propre âme, parce que je ressens actuellement une douleur dans ma tête, comme si elle était sur le point d’exploser à cause de la tonne d’informations que je ne parviens pas à reconnaître. » déclara Han Li, mentionnant enfin le tracas qu’il avait depuis qu’il s’était réveillé.

Après avoir entendu cette question et s’être rendu compte que Han Li était inquiet pour un si petit problème, le malaise que Yu Zhitong ressentait dans son cœur se dissipa immédiatement, et même le ton de sa voix s’allégea.

« Hé hé ! Alors vous étiez inquiet à ce sujet. Eh bien, petit frère, vous vous inquiétez beaucoup trop. En fait, vous n’avez pas besoin de vous soucier de cette question. Si vous voulez vraiment savoir, les informations qui encombrent votre cerveau vont lentement disparaître d’ici un an ou deux, donc vous n’avez absolument rien à craindre. »

« Donc ce que tu dis, c’est que les choses que j’ai avalé sont absolument inutiles et que je suis totalement incapable de les retenir ? Je ne te crois pas sur ce point. » Dit Han Li froidement tout en dévisageant Yu Zhitong avec des traces évidentes de suspicion sur son visage.

« Dire que vous ne pouvez pas en conserver une partie n’est pas totalement vrai, mais ce que vous pouvez retenir n’est en effet qu’une petite partie. » Ajouta rapidement Yu Zhitong de crainte que Han Li puisse mal interpréter.

« Par exemple, vous ne pourrez pas toucher les souvenirs, les expériences et les émotions, et même si vous les absorbiez, il y a de fortes chances que vous deveniez instantanément mentalement handicapé, votre personnalité développera des versions différentes d’elle-même, votre conscience s’effondrera, et votre cerveau finira par éclater, vous conduisant à la mort.

« Vous devez comprendre que l’âme est la chose la plus précieuse qu’une personne puisse posséder, comment pourrait-elle être si facilement combinée avec d’autres choses ? Il est vrai que vous pouvez absorber l’âme de quelqu'un d’autre et la faire rester temporairement dans votre subconscient, mais la faire votre est simplement un désir qui n’a pas lui d’être. Dans le cas contraire, si une simple possession de corps pouvait vous permettre d’absorber tous les souvenirs, expériences, et techniques de Qi, alors cela ne plongerait-il pas le monde entier dans le chaos ? Si les choses étaient aussi simples que cela, alors qui continuerait à cultiver honnêtement et continuerait à sortir et explorer les différents royaumes de ce monde, alors qu’ils pourraient obtenir tout ceci simplement en possédant le corps de quelqu'un d’autre.

« Une fois qu’une âme a été consommée, la seule chose qui peut être utilisée est une infime portion de l’énergie de l’âme dévorée, qui peut ensuite être utilisée pour renforcer son propre réservoir d’énergie pour un court laps de temps. C’est dû au fait que ces types d’énergie se dissipent le plus rapidement, restant dans l’organisme seulement pour quelques jours avant de se dissiper avec l’âme dévorée. Une fois qu’elle a disparu, vous ne pourrez plus l’utiliser. »

Pendant que Han Li continuait à écouter les explications de Yu Zhitong, il oublia lentement les derniers doutes qu'il portait dans son cœur, parce qu’il pouvait dire que Yu Zhitong ne mentait pas au ton de sa voix. Après tout, il devenait de plus en plus évident que Yu Zhitong cherchait à établir avec Han Li une coopération similaire à celle qu’il avait eu avec Juren Mo. Il savait que Han Li le testait, alors il n’osait pas mentir.

Quand Yu Zhitong finit la dernière phrase de son explication, il vit Han Li hocher la tête et ne put pas s’empêcher de ressentir un sentiment de soulagement car il savait que Han Li le croyait. En même temps que Yu Zhitong s’égayait un peu, il demanda à la hâte : « Petit frère Han, il semble que vous êtes satisfait de la réponse que j’ai donné, alors ne pensez-vous pas que c’est le bon moment pour discuter de nos conditions de coopération ? »

« Bien sûr, pouvoir travailler avec un cultivateur est mon plus grand plaisir ! » Dit Han Li d’un ton sincère, tout en partant d’un grand sourire qui révélait ses dents blanches qui luisaient à la lueur des bougies.

« Vraiment ? » Demanda Yu Zhitong avec enthousiasme et incrédulité, car il n’avait même pas besoin d’essayer de convaincre Han Li, qui acceptait de lui-même.

« Bien sûr » Répondit Han Li sèchement.

Puis il tira quelque chose hors de ses vêtements et dit à Yu Zhitong sur un ton familier. « Maintenant que nous sommes partenaires, ça ne te dérangerait pas de faire un petit test pour moi avant de discuter davantage, non ? »

« Un test » ? Yu Zhitong s’arrêta un instant, avant de regarder l’objet cylindrique familier dans la main de Han Li, alors qu’un mauvais pressentiment s’insinuait dans son cœur.

« C’est exact. Plus précisément, un test de poison. »

Han Li proféra ses paroles tout en élevant l’objet cylindrique avant de faire un peu bouger son pouce, ce qui fit jaillir un liquide noir avec une odeur rance tout droit vers sa cible.

« Ah ! »

Yu Zhitong émit un fort cri de douleur pendant que le liquide noir recouvrait entièrement le globe de  lumière verte. Le globe vert s’obscurcit significativement, montrant que la blessure qu’il avait reçue n’était pas légère.

« Vous, vous osez m’attaquer, m’empoisonner... » Cria Yu Zhitong avec une voix rauque toujours incrédule car il était incapable d’accepter l’événement qui venait de se dérouler.

Han Li ne prêta pas attention aux cris de colère de Yu Zhitong, et alla au contraire saisir la dague située sur sa ceinture juste au-dessus de son abdomen. Il l’a dégaina rapidement avec un bruit qui fit « shua, » révélant une lame brillante.

Le poignard était l’un des rarement vus « poignards de jade, » qui avaient des lames qui étaient incomparablement flexibles. Le poignard en question était aussi large qu’une articulation et faisait environ un demi-mètre de long.

Han Li avait pu obtenir cette dague à double tranchant seulement en payant de vastes sommes d’argent, afin que le forgeron le fasse selon ses spécifications. Comme Han Li ne se spécialisait pas dans les armes, il n’avait pas eu l’occasion de sortir cette dague pendant la lutte avec le Docteur Mo, mais il semblait que le moment de l’utiliser était arrivé.

Auparavant, Han Li avait gardé cette arme cachée sur son corps, et n’avait pas vraiment eu l’occasion de l’utiliser. Son visage s’assombrit et son sourire disparut à moitié à la pensée de ne pas avoir pu utiliser le poignard pour lequel il avait payé une grosse somme d’argent.

Il regarda avec apathie la boule de lumière tremblante et, sans dire un mot, sauta d’un pas en avant tout en frappant sauvagement le globe vert comme si il était en train de découper un bloc de bois.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.