RPMI Chapitre 35

Le Récit du Périple d’un Mortel
vers l’Immortalité

Chapitre 35 : Vol des Manuels Secrets






Un après-midi, dix jours après leur accord, Han Li sortit de la Vallée de la Main de Dieu afin de rencontrer Li Feiyu.


En réalité, Han Li n’aurait pas pu se faufiler dehors même s’il avait essayé. Le Docteur Mo était au courant de chacun de ses mouvements, et le laissait simplement se déplacer librement.

La liberté qu'il lui donnait avait initialement provoqué la méfiance d’Han Li à propos de ses intentions, mais après avoir quitté la vallée plusieurs fois sans détecter que l’on épiait ses mouvements, Han Li commençait à se sentir soulagé. Rassuré, il continua à mener à bien ses propres projets dans la Vallée de la Main de Dieu.

Après une longue période de délibération, Han Li déduisit progressivement la raison pour laquelle le Docteur Mo lui accordait tellement de liberté :

Le Docteur Mo se montrait patient et répondait aux besoins de Han Li, parce que c’était dans son intérêt de le faire.

Bien que le Docteur Mo utilise ses deux atouts, la Pilule d’Insecte Parasitaire ainsi que la vie de sa famille afin de menacer Han Li, il savait que ces méthodes ne seraient pas en mesure de contrôler pleinement son disciple. Han Li ne ressentirait que de la vengeance dans son cœur, ce qui un entrainerait un ralentissement dans sa progression. Donc, si le Docteur Mo ne restreignait pas la liberté de Han Li, celui-ci ne se sentirait plus opprimé et son cœur ne serait pas contraint. Après tout, même si le Docteur Mo voulait que Han Li cultive les Arts de l’Éternel Printemps, il était impossible qu’il puisse attacher Han Li et le forcer à cultiver sous la menace.

Après que Han Li eut déduit la raison, son courage devint de plus en plus grand. Par le passé, il aurait fait de son mieux pour se faufiler hors de la vallée sans alerter le Docteur Mo. Mais maintenant, il se contentait de sortir hors de la vallée en brinquebalant.

En apparence, Han Li ne semblait ne pas être affecté par la surveillance furtive du Docteur Mo, mais en réalité, il était extrêmement prudent afin de ne pas révéler ce qu’il préparait...

Après qu’il fut sorti de la vallée, Han Li activa les Arts de l’Éternel Printemps, permettant à sa perception d’atteindre un niveau surnaturel. Sa perception accrue pouvait lister avec précision toute vie se trouvant dans un rayon d’environ trente mètres.

Han Li pensait que même si le Docteur Mo le surveillait secrètement, il n’y avait aucun moyen qu’il puisse échapper à sa détection.

Bien que Han Li sache qu’il lui était impossible de gagner dans une confrontation directe contre le Docteur Mo, il était convaincu que ses cinq sens dépassaient ceux du Docteur Mo.

Après avoir marché pendant un certain temps, Han Li entra prudemment dans leur cachette précédente, là où Li Feiyu et lui avaient apprécié le bain rafraîchissant plus tôt.

Au moment où il entra, Han Li remarqua que Li Feiyu était déjà arrivé et qu’il était assis à côté du bassin.

Li Feiyu avait baissé la tête, observant ses jambes nues tremper dans le bassin rafraichissant. « Pu tong » « Pu tong » il lançait ses jambes au-dessus de la surface de l’eau, créant de petites vagues qui perturbaient le bassin. Li Feiyu était perdu dans l’enthousiasme de ses actes exceptionnellement enfantins.

Quand Li Feiyu entendit le bruit de Han Li qui entrait, il ne tourna même pas la tête et se plaint tout de suite. « Disciple Junior Han, tu arrives de plus en plus tard à nos appointements, me faisant attendre plus d’une demi-journée à chaque fois. Ne peux-tu pas essayer d’arriver plus tôt ? »

« Désolé, je... » Han Li épousseta les taches de terre sur ses vêtements tout en tentant de s’expliquer davantage.

« Attrape ça. »

Li Feiyu n’attendit pas que Han Li finisse ses explications avant de lancer un gros paquet vers lui.

« Qu’est-ce ? Est-ce quelque chose de délicieux ? » Demanda Han Li, mais après avoir saisis le paquet, il put sentir les durs et inflexibles objets, empaquetés à l’intérieur. Ça ne ressemblait pas à de la nourriture qui puisse être mangé.

« Tu sais seulement manger ! Tu ne voulais pas que je t’obtienne le manuel pour l’Art de l’Épée Scintillante ? » Li Feiyu dévisagea Han Li.

« Quoi ? Il s’agit d’un manuel d’épée ? Es-tu sûr que tu ne te trompes pas ? T’aurais pas accidentellement récupéré une pierre dans ton jardin ? » Han Li sous-pesa l’énorme paquet. Une expression d’incrédulité pouvait être vue sur son visage.

« Si lourd ! » Han Li exerça sa force pour hisser le paquet, mais c’était si lourd qu’il tomba.

« HAHA ! » Li Feiyu se mit à rire sauvagement, incapable de se retenir plus longtemps. Il roula sur le sol, riant de tout son saoul avec des cris de joie enfantins.

Han Li regarda étrangement Li Feiyu avant de regarder l’énorme paquet une fois de plus.

Peng !

Un bruit retentit quand il frappa du pied dans l’énorme barda. Il semblait qu’il y avait vraiment un livre enveloppé à l’intérieur.

Ne prêtant plus attention à Li Feiyu, il s’accroupit devant le paquet et utilisa ses mains pour sentir ce qu’il avait à l’intérieur.

Il arrêta rapidement. Perdre du temps à deviner le contenu du paquet était une action extrêmement stupide.

Une paire de mains bien propres, saisirent le nœud étriqué du paquet. À l’aide de tous ses doigts, il ouvrit de force le nœud.

PA pow !

Le son piquant de claquements de mains retentit.

Han Li n’ouvrit pas immédiatement le paquet. Au lieu de cela, il tourna la tête et regarda son « malveillant », et hilare ami, Li Feiyu.

À un moment indéterminé, Li Feiyu avait déjà cessé de rire et remit ses chaussures.

Actuellement, il frappait furieusement dans ses mains tout en encourageant Han Li, insensible à la douleur de ses paumes teintées de rouge.

« Excellent ! À chaque fois que je te vois exécuter les « Mains de Soie », je trouve cela incroyable. Cette technique semble avoir été conçue pour toi seul ! Depuis le moment où je te l’aie apprise, seulement une durée de deux mois s’est écoulée. » Li Feiyu continuait de frapper dans ses mains et faisait l’éloge de Han Li.

« Ne me dits pas que, afin de me voir utiliser cette technique, tu as volontairement noué un nœud alambiqué sur un paquet aussi grand ? » demanda Han Li, un peu agité.

« Bien sûr que non. Une fois que tu auras ouvert le paquet, tu comprendras. » Le visage souriant de Li Feiyu devint soudainement sérieux.

Curieux et perplexe quant à pourquoi Li Feiyu parlait soudainement avec un tel ton, Han Li jeta son regard sur le barda une fois de plus.

Il délibéra pendant un moment avant d’étirer son index et son médius, saisissant légèrement le bord de l’objet à l’intérieur du paquet, et de glisser l’objet caché à la pleine vue.

« Il s’agit... » Des perles de sueur apparurent sur le front de Han Li pendant que ses deux yeux faillirent presque sortir de leur orbite.

« Alors ? Es-tu choqué ? » Li Feiyu se dirigea lentement vers Han Li, le tapotant sur son épaule.

Ne sachant quoi dire, Han Li tourna rigidement son corps et regarda droit vers Li Feiyu.

« Pourquoi tu me regardes avec cette expression ? Je ne t’épouserai jamais, tu sais ? » Li Feiyu taquina Han Li en riant.

Après avoir entendu les paroles de Li Feiyu, Han Li reprit ses esprits.

« Je veux que ce soit clair entre nous ! À partir de cet instant, je ne te connais pas, je ne t’ai même jamais rencontré auparavant. » La voix de Han Li devenait plus forte en intensité pendant qu’il rugissait furieusement.

« Je ne sais pas si ma vision est floue ou si tu es devenu fou ! En fait, tu as volé la moitié des manuels secrets de la Division des Sept  Suprêmes ? ! Si tu es découvert, nous connaîtrons tous deux un sort pire que la mort ! » Pendant qu’il criait sur Li Feiyu, Han Li pointait son doigt sur la pile de manuels secrets devant lui.

Dans le coin supérieur gauche des manuels il y avait plusieurs caractères écrits en or :


« Division des Sept Suprêmes, Bibliothèque Secrète »


2 commentaires:

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.