Important

Annonce importante

Bonjour les gens ! J'ai une annonce importante à faire concernant Dungeon Hunter et RPMI. Nous recherchons des nouveaux traducteurs ...

RPMI Chapitre 158



Le Récit du Périple d’un Mortel
vers l’Immortalité

Chapitre 158 : La Femme Vêtue de Bleu




Quand le jeune homme vit cette scène, il se mit à rire froidement.

« Comme j’ai déjà reçu votre attaque, n’est-ce pas à mon tour d’attaquer ? » Quand ces paroles furent prononcées, il était déjà protégé par une barrière. Il joignit ses mains et dessina soudainement une lune incurvée en s’aidant d’elle, provoquant l’apparition d’un énorme arc de lumière de couleur azur dans ses mains.

« Goûtez à mon arc azur ravageur ! » Dit le jeune homme de façon ténébreuse. Puis le disque de lumière s’élança, sifflant en se dirigeant vers deux personnes en face de lui.

L’attaque de cette personne provoqua l’agitation de la foule. Pour tous ceux qui regardaient, les Frères Murong ne pouvaient fondamentalement pas résister à cette technique magique. Ils n’avaient pas de défense à proprement parler.

Les jeunes étaient inquiets et ne savaient plus quoi faire. Après avoir regardé dans toutes les directions, ils se précipitèrent respectivement vers la gauche et la droite, s’élançant dans la foule.

« Déploiement ! » cria soudainement le jeune homme.

À la suite de ce cri, l’arc volant de couleur azur se divisa de façon inattendue en deux, imitant les mouvements de mains du jeune homme, et poursuivit immédiatement les deux jeunes.

Il se trouve que l’un des jeunes avait remarqué que, parmi toutes les personnes de la foule, Han Li possédait le pouvoir magique le plus profond. En conséquence, il se dirigea droit vers lui sans la moindre hésitation, effrayant Han Li sur le coup.

Han Li n’avait pas la moindre intention de s’impliquer dans cette affaire. Il savait que même si le jeune homme voulait se faire paraître redoutable, il n’oserait pas blesser les Frères Murong. Il se contenterait tout au plus de les effrayer, et de les taquiner un moment. Ainsi, il ne comptait absolument pas prendre l’initiative d’interférer.

Ce qui était encore plus surprenant, c’était que le jeune était exceptionnellement rusé. On pouvait voir qu’il voulait utiliser Han Li comme bouclier ! Mais comment Han Li pourrait-il laisser l’autre partie faire comme il le souhaitait ? En conséquence, le corps de Han Li scintilla, disparaissant de son emplacement d’origine. Puis le jeune se jeta dans les airs, jurant si fort que ses larmes faillirent couler d’elle-même. Sans meilleure option, il tenta frénétiquement de fuir.

Un bruit de frottement se fit entendre de la terre qui tremblait, précisément de la direction dans laquelle l’autre jeune s’était enfui. Puis, de la terre fut soufflée dans toutes les directions, et on entendit une voix masculine venant de l’intérieur qui poussait des jurons. Il était clair que quelqu’un n’avait pas été aussi sage que Han Li et ne s’était pas dérobé de son rôle de bouclier vivant.

Après que la poussière se fut dissipée, il vit un mur de terre épais d’une dizaine de mètres, marqué d’une gorge en forme de demi-lune de plusieurs pieds de long. Derrière le mur se trouvait une jeune brute de petite taille âgée d’environ vingt ans, tenant un étrange bâton de marche en bois. D’un revers de sa main, le mur créa une ouverture. Après cela, il sortit de derrière le mur en compagnie d’un des jeunes Frères Murong hilare.

« Vous qui portez le nom de famille Lu, que veut dire cela ? Vous n’avez pas vu que d’autres étaient là ? Et vous avez quand même attaqué ! Vous vouliez nous charcuter sans faire de différence ? » Questionna le rude et chétif jeune homme, à la fois en colère et surpris.

Le Frère Martial Senior Lu grogna et ne fit pas plus attention à la question pleine de reproche du jeune et chétif jeune homme. Au lieu de cela, il commanda funestement à son dernier demi-arc azur d’accélérer sa course en direction du jeune au côté de Han Li. Ayant vu la neutralisation de son arc azur, il n’avait vraiment pas l’intention de laisser l’autre jeune s’en tirer.

« Retiens ta main ! » La voix délicate et sévère d’une jeune femme vint du ciel. Puis un brasier déchaîné tomba du ciel, engloutissant complètement l’arc azur qui poursuivait le jeune. Les flammes déchaînées se muèrent en une boule et disparurent.

« Qui ? Qui est-ce qui a brisé mon sort ? » Questionna avec colère le jeune homme nommé Lu, tout en levant la tête vers le ciel.

Au-dessus de tout le monde il y avait une femme vêtue de bleu qui était arrivée sans que personne s’en aperçoive. Elle avait l’apparence d’une fée avec sa silhouette et sa peau criarde, comme si elle avait été créée à partir d’une matière luisante. La taille mince comme un saule de cette femme, son beau cou de jade, ses vêtements bleus somptueux, et ses cheveux coiffés avec grandiloquence provoquaient un regard hésitant et vénérable chez les personnes qui la regardaient.

« C’était donc Sœur Martiale Junior Nie ! J’étais en train de me demander qui pouvait posséder un tel pouvoir magique ! » Après avoir vu la femme vêtue de bleu, le jeune homme nommé Lu, qui était initialement dans une rage folle, changea immédiatement d’expression et la salua chaleureusement avec élégance.

« Frère Martial Senior Lu, Regardez mon visage. Cette compétition est-elle terminée ? » Demanda froidement la femme habillée somptueusement tout en se posant sur un accessoire magique.

« Hé hé, puisque c’est le souhait de Sœur Martiale Junior, alors je vais me conformer aux règles. » Répondit le jeune homme tout en montrant une expression souriante.

La femme habillée royalement hocha la tête et n’ajouta rien de plus. Elle descendit du ciel et se dirigea vers les Frères Murong.

« Sœur Martiale Senior Nie, votre arrivée est vraiment opportune. Sinon, nous aurions fait face à une fin désastreuse ! » Le jeune qui venait d’échapper à la calamité courut immédiatement vers la femme vêtue de bleu dès qu’il la vit, son sourire atteignait chacune de ses oreilles. L’autre frère se mit lui aussi à sourire avant de se précipiter hors de portée du mur de terre.

« Retournez-vous. Faites face au mur et réfléchissez à vos méfaits. Vous n’êtes pas autorisés à vous rendre à l’extérieur avant d’avoir atteint la neuvième couche de votre art de cultivation. » Dit la femme tout doucement sans montrer la moindre trace de colère. On ne pouvait voir aucune fluctuation dans ses émotions.

Quand les Frères Murong entendirent cela, ils se déconfirent immédiatement. Ils acquiescèrent tous deux et baissèrent la tête.

Après que la femme vêtue de bleu eut fini de s’occuper des deux frères, elle tourna la tête en direction du petit et anguleux jeune homme et partit inopinément d’un sourire, éclipsant tout ceux qui étaient présents aux alentours en un instant. Elle ouvrit ses petites lèvres d’amande et dit : « Merci beaucoup pour l’aide du Frère Martial Senior. Sans cela, cette mésaventure des Disciples Martiaux Junior Murong aurait porté ombrage à l’instructeur de cette petite sœur ! »

« Ce, ce n’était rien... »

Quand le petit et anguleux jeunot vit le sourire magnifique de l’autre partie, il en fut tellement étourdi qu’il se mit à glousser bêtement tout en bégayant.

Lorsque les hommes présents tout autour virent ce traitement préférentiel, ils ne purent pas s’empêcher d’être incroyablement envieux de l’échange entre cet homme et cette belle femme. Ils regrettaient tous grandement de ne pas avoir agi tout à l’heure. En conséquence, ils regardaient tous l’homme avec des regards perçants de jalousie.

Quand le jeune homme nommé Lu vit cela, de la malice flasha à travers son regard, mais il la dissimula rapidement et maintint son apparence cultivée et raffinée. En dehors de sa compagne à côté de lui, seul Han Li qui était occupé à observer froidement semblait avoir remarqué cette particularité.

Bien que cette Sœur Martiale Junior Chen fût une beauté exquise et ravissante, délicate comme une fleur, ses atours étaient bien inférieurs à la femme nommée Nie. Ainsi, quand la Sœur Martiale Junior Chen vit la femme vêtue de bleu apparaître, elle craignit que le Frère Martial Senior Lu ne devienne fou d’elle et courut immédiatement à ses côtés, saisissant alors le bras du jeune homme. Ensuite, elle lança un regard hostile à l’autre partie.

La femme vêtue de bleu avait naturellement senti les mauvaises intentions de l’autre partie, mais elle n’en fit aucun cas. Au lieu de cela, quand elle fut sur le point de partir avec les Frères Murong, elle jeta un léger un coup d’œil sur Han Li. Sa belle voix résonna immédiatement dans son oreille.

« Bien que la magie de votre estimée personne ne soit pas faible, ce genre de comportement non-chevaleresque est vraiment désagréable aux yeux de cette jeune femme. J’espère que la prochaine fois que je vous verrai, ce Disciple Martial Junior aura quelque peu changé son comportement. »

(Ndt : « Chevalerie » les caractères veulent en fait dire « justice solitaire » - où se montrer juste quel que soit les circonstances.)

Après que Han Li eut entendu les paroles de la femme vêtue de bleu, son front se plissa légèrement. Il semblait qu’elle dédaignait complètement son action évasive. Il n’avait pas laissé à cette femme une impression favorable et avait plutôt laissé une impression plutôt mauvaise.

Cependant, il n’était pas un saint. D’être parfaitement conscient que quelqu’un essayait de vous exploiter et ne pas essayer de l’éviter, n’était-ce pas faire preuve imbécillité ? Le jeune petit et anguleux n’avait rien de chevaleresque. Cependant, il était actuellement fixé du regard par le camarade nommé Lu. Peut-être que celui-ci le tuerait dans le futur. Si cela venait à arriver, cette belle femme le vengerait-il ? Pensait Han Li en persiflant.

Il ne savait pas pourquoi, mais Han Li ne pouvait absolument pas supporter cette talentueuse beauté sans pareille. Il trouvait que les jolies filles de familles modestes étaient beaucoup plus agréables à l’œil. Ainsi, il ne se souciait pas le moins du monde des pensées de cette Sœur Martiale Senior. Il espérait seulement qu’elle ne prêterait pas attention à lui.

À ce moment-là, il n’y avait plus la moindre trace de la belle femme vêtue de bleu et de ses compagnons. Après que le Frère Martial Senior Lu eut porté un regard féroce sur le petit jeune anguleux, il partit du sommet de la montagne avec sa compagne et les autres personnes n’ayant plus rien à voir se dispersèrent.

Han Li partit sur son accessoire magique volant et retourna au Jardin aux Cent Remèdes.

Après être entré dans sa chambre, Han Li prit impatiemment les deux cylindres de jade et regarda la copie contenant la méthode pour raffiner la Pilule de Constitutions des Fondations. Il se mit à l’étudier attentivement mot après mot.

Bien que l’esprit de Han Li fût vif, son expression ne fluctuait pas du tout. Quelques heures plus tard, Han Li laissa échapper un long souffle et posa le cylindre de jade. Tout de suite après, il se plongea dans ses pensées et se mit à réfléchir profondément.

Après un long moment, il laissa échapper une profonde expiration et se leva, reprenant doucement son souffle. Il marcha ensuite dans le jardin médicinal. Il commença à balayer du regard les plantes dans le jardin, murmurant pour lui-même. "Mille Fleurs Nouées, Herbe de Pivoine Noire, Ginseng d’Essence d’Or et les trente et un autres ingrédients médicinaux complémentaires ne sont pas un problème. Ils sont tous présents dans le jardin. Seuls quelques-uns ont besoin d’être vieillis considérablement, car ils requièrent plusieurs centaines d’années de maturité. Cependant, les herbes les plus importantes, les Champignons de Calcédoine, les Fleurs de Singe Violet, et les Fruits d’Esprit de Ciel, vont vraiment poser problèmes ! Il n’y en a pas ici. De plus, je n’ai jamais entendu parler d’eux auparavant. »


Han Li hésita pendant une demi-journée avant de se décider à aller questionner d’autres personnes. Naturellement, ne pouvait-il pas juste questionner le petit vieil homme, qui était un maître en médecine ?!






Pas envie d'attendre la publication du prochain chapitre ? Envie de montrer vos encouragements ? Inscrivez-vous pour devenir patreon. Vous pouvez aussi regarder 5 pubs par jour sur Utip, et encourager le traducteur sans débourser un centime. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire