Actualités du site

News

Bonjour à tous ! Quelques annonces importantes à faire concernant LMS, et surtout un message de la nouvelle traductrice. Nous adoptons une...

DH Chapitre 69

Dungeon Hunter
Chapitre 69 : Vente aux Enchères du Monde des Démons (6/6)

VERSION NON-CORRIGÉE



...

...

Bien qu’il soit scellé, les esprits connaissaient probablement l’importance de Paresse. Ils avaient peut-être réalisé que j’avais aussi acquis Colère.

‘ Celui qui possède une compétence d’observation d'un grade élevé qui permet de voir à travers des sceaux. Celui qui possède un grand nombre de points... ‘

C’était ceci le test. Je ne savais pas pourquoi, mais le Roi des Esprits Ténèbres m’observait. Il bazardait de bons produits pour voir si j’avais le pouvoir de les « acheter ».

La capacité de discerner les items et posséder une énorme quantité de points.

Et j’avais fait ce qu’il attendait lorsque j’avais acheté la Larme de la Lune et le Sourire du Soleil. 

C’étaient de bons items car ils augmentaient la puissance magique et l’intelligence.

Alors.

« Paresse. »

Paresse, était l’un des Sept Péchés Capitaux.

C’était un dilemme. Un item incontournable pour moi. Je possédais déjà Colère. Si je mettais les mains sur Paresse alors ma puissance de combat augmenterait. Mais ce serait un problème si je confirmais les intentions du Roi des Esprits des Ténèbres seulement au moment où je l’achèterais.

Ce serait également un problème si les esprits possédaient le reste des Sept Péchés. Serais-je en mesure d’obtenir les cinq autres items si je ne passais pas un tant soit peu à l'action ? Je fis quelques calculs pragmatiques et commençais à pencher du côté « acheter ».

Je me connaissais bien.

‘ Il est inévitable que je morde à l’hameçon. ‘

Mon front se plissa.

Je m’étais fait prendre dans le plan du Roi des Esprit des Ténèbres au moment où j’avais utilisé Œil de l’Esprit sur Paresse. Bien que ça ne me dérangeait pas de révéler la grande quantité de points que je possédais...

Tsk. Je fis claquer ma langue.

Je réalisais que j’étais forcé d’acheter Paresse.

« Regardez cette Cape scellée en détail. Ce n’est simplement pas un vieux manteau déchiré. Avez-vous entendu parler de « Oswen ? » Un forgeron du Monde des Démons. Même les dieux ne purent s’empêcher d’être surpris par ses créations ! Cette Cape a été obtenue par chance dans la grotte où il est mort. Ce n’est vraiment pas un item ordinaire. »

Dit Dubolong.

Un item scellé.

Il était impossible pour les esprits de le vérifier.

Cependant, ils pouvaient faire des déductions en fonction de l’apparence et de l’endroit où ils avaient trouvé l’item.

Dans le même temps, les démons commencèrent à remuer sur leur chaise.

Les démons connaissaient Oswen.

Il avait créé plusieurs équipements de rares factures. Ils avaient le pouvoir de séparer la terre et le ciel. Ceux qui obtenaient accidentellement les armes d’Oswen voyaient leur pouvoir changer incomparablement.

Il y avait un énorme bouleversement dans le monde des démons à chaque fois qu’une arme apparaissait. Des guerres à répétition éclateraient à cause d’elle.

Grand-duc Ariel.

Plus précisément, ses yeux s’illuminèrent.

Quand elle était dans le Monde des Démons, son arme préférée avait été fabriquée par Oswen. Si la compétence patentée d’Ariel « Épée de l’Abîme » était utilisée avec l’épée d’Oswen alors elle réduirait de nombreux démons en poussière.

Mais peu de temps après ça, les 72 démons avaient été contraints de quitter le Monde des Démons pour combattre dans ce monde. Toutes les armes avaient été saisies et en tant que maître d’armes, elle se sentait très désappointée.

Bien que cela en vaille la peine si elle parvenait à acheter le manteau.

Entendre le nom d’Oswen était suffisant.

‘ Elle le convoite. ‘

Je touchais mon front ridé. Je n’avais pas été prévenu pour Paresse. Mais si je l’achetais, alors un conflit éclaterait. Peut-être que la Larme de la Lune et le Sourire du Soleil étaient destinés à savoir si j’avais la capacité de m’approprier Paresse. C’était tellement évident qu’un rire ne put s’empêcher de sortir.

Dubolong fit un sourire rusé et prit la parole.

« L’offre de départ pour un item scellé est exceptionnellement élevé. 300 000. 300 000 points ! »

« 300 000. »

« Grand-duc Ariel-nim ! Ce n’est pas nécessairement l’offre gagnante ! »

Le premier à agir fut le Grand-duc Ariel.

Elle avait une attitude combative.

La limite d’Ariel était de 620 000 points. Cette limitation avait été révélée grâce à la Statue d’Abondance.

« 350 000. »

« Duc Dipella-nim ! »

« 600 000. »

«... ! Grand-duc Ariel-nim ! Une pénible querelle ! Un mouvement dans le but de gagner ! »

Le silence s’installa. C’était la première fois qu’une offre augmentait de 250 000 points. Cela signifiait qu’elle était avide d’obtenir Paresse.

Le nom d’Oswen avait été cité, mais Ariel possédait également un regard éclairé. Je l’avais découvert lorsqu’elle avait essayé de faire une offre pour Colère la dernière fois.

Bien sûr, aucun des démons ne fit d’offre après cela. A l’origine, peu de démons avaient plus de 600 000 points.

« 630 000. »

« Non, Comte Randalph-nim ! Une grande force. Et c’est en quelque sorte une figure familière. »

Etait-ce assez ?

Dubolong secoua la tête. Il savait déjà que la limite d’Ariel était de 630 000 points.

En effet, l’expression d’Ariel était suffisante pour le remarquer.

Des sourcils profondément sillonnées. La bouche bien fermée. Une expression qui découragerait beaucoup de monde.

Mais ce n’était pas fini.

Les deux cornes commencèrent à grandir. Du sang semblait s’agiter dans ses yeux rouges. Elle quitta son siège et se tint devant moi.

J’haussais les épaules et restais assis. Dans une vente aux enchères, la stratégie de base était de déterminer les limites de l’ennemi et essayer de surenchérir.

« Êtes-vous en train d’essayer de vous imposer sans avoir suffisamment de points ? »

« Putain d’enfoiré. Qui pensez-vous que je suis ? Je ne suis pas quelqu’un que vous pouvez défier. »

Elle était le Grand-duc Ariel.

Malgré son caractère, elle possédait la noblesse et l’élégance d’un Grand-duc. Je me devais de l’admettre. Upa était sournois, Pandémonium aimait critiquer et je ne savais pas ce que pensait Okullos.

Ce n’était pas quelqu’un de normal. Mais j’étais à l’abri de sa colère.

«... L’enchère est maintenant en cours. S’il vous plaît abstenez-vous de toute action préjudiciable à la vente aux enchères. »

Dit Dubolong qui regardait la scène.

La Vente aux Enchères du Monde des Démons n’était pas un endroit où l’on pouvait causer des troubles. Les démons s’affrontaient entre eux en utilisant des points.

Bien sûr, il était possible de restreindre leur participation s’il y avait une quelconque confusion.

Ariel le savait. Cela faisait 2 ans. Il y aurait plusieurs autres opportunités à l’avenir. Elle n’était pas stupide alors elle avait réalisé cela.

« J’avoue que vous êtes extraordinairement capable. »

J’ignorais son expression coléreuse et la complimentais.

Ariel se mit à dire lentement.

« Alors Randalph Brigsiel. Rejoignez ma faction. »

Une soudaine suggestion. En face de tous les démons qui regardaient.

J’en restais sans voix pendant un moment à cause de son audace.

Après quelques instants.

Je secouais la tête.

Je l’avais déjà rejeté une fois. Bien sûr, sa proposition avait été la conséquence d’un test mais je l’avais quand même rejeté. Malgré cela, elle faisait une fois de plus la même offre.

L’emplacement était également un problème. Une vente aux enchères était actuellement en cours. Tous les Grands-ducs et démons nous regardaient à l’instant.

J’ouvrais mes yeux et regarda Ariel.

‘ Étrange. ‘

Ariel.

Ariel était ingénieuse. Un démon qui réfléchissait avant d’agir. Mais elle avait choisi ce moment pour faire son offre. Si j’acceptais alors cela ne lui ferait aucun mal et si je refusais, cela lui donnerait quelques justifications.

Un comportement instinctif ou une ruse calculée ? Était-ce ce qu’elle recherchait ou...

Je n’en avais aucune idée.

« Je rejette. Mon tempérament n’est pas adapté pour être sous les ordres de quelqu'un d’autre. Ne devrais-je pas régner plutôt ? »

En tout cas, ça restait une réponse. Et j’avais parlé de mon vrai but.

Dès le départ, j’étais l’ennemi de tous les démons réunis ici. Je ne cacherai rien à ce propos.

L’expression du Grand-duc Ariel changea.

« Vous me rejetez et allez même jusqu’à parler de régner... face à moi, Ariel. »

‘ Bien sûr, quelqu’un d’aussi grossier, ‘ elle semblait dire tout en caressant sa corne la plus petite. Puis ses cornes rétrécirent jusqu’à reprendre leur aspect d’origine.

« Personne d’autre que les Grands-ducs n’a jamais régné sur le Monde des Démons. Je suis également l’un d'entre eux. Cela n’a pas changé depuis très longtemps. Savez-vous ce que vous dites ? »

« Il n'y a qu’une seule règle dans le Monde des Démons. Les forts dévoreront les faibles ! »

Je contredisais ouvertement Ariel. Je ris.

Cela n’avait rien à voir avec le rang.

Les forts monopolisaient tout. Les plus forts gouverneraient le Monde des Démons. C’était la règle absolue.

Quand j’étais dans le Monde des Démons, j’étais un parvenu qui défiait les Grands-ducs. Ils m’avaient traité comme un gosse et s’étaient moqués de moi tout en m’affligeant. Quelqu’un qu'ils avaient effacé de leur mémoire.

Mais je n’étais plus un gamin.

Le gars qui ne connaissait pas ses limites avait disparu.

Maintenant, j’étais fort.

Le visage d’Ariel montrait qu’elle était intriguée.

Dans le même temps, elle secoua la tête.

«...Pouvez-vous assumer la responsabilité pour cela ? »

Elle demandait si je pensais être qualifié pour la règle la plus basique et absolue.

Je me levais.

Je regardais droit dans les yeux rouges d’Ariel.

« Je ne suis pas celui qui devrait se poser cette question. Ariel Diablo. »

Je n’étais pas faible. Une confiance qui était suffisante pour affronter tous ces démons !

Ariel pouvait légèrement l’entrevoir.

« Ce n’est pas un choix facile. »

Ariel se tourna et regarda les trois autres qui étaient assis.

Et elle fit une déclaration à charge.

« Ecoutez ! Randalph Brigsiel n’a pas accepté mon offre et moi, le Grand-duc Ariel ne permettra jamais qu’il monte sur le trône. Cela est ma déclaration de guerre ! Je le briserai avec ma pleine puissance ! »

Une déclaration officielle. Ariel agissait littéralement contre moi.

Elle s’était approchée de moi avec l’intention de m’entraver. La voix d’Ariel contenait de légères traces de sa compétence Pouvoir des Mots. Toutefois, elle devrait être préoccupée par ce qui se passerait si elle ne pouvait pas me contrer totalement.

Je ne me dérangeais pas à ajouter mes propres observations.

Ariel dit quelques paroles finales.

« J’espère que vous rencontrerez une mort misérable et solitaire. Randalph Brigsiel. »

Elle termina et se dirigea vers la porte sans aucune hésitation.

Dubolong qui regardait, s’exclama.

« Ariel-nim ! La vente aux enchères n’est pas encore terminée ! »

« Ma motivation s’est envolée. »

Kung !

Les portes massives se refermèrent.

Ariel avait quitté la salle de vente aux enchères.

Mais elle avait une expression contrariée lorsqu’elle avait quitté la salle de vente. Son visage était comme celui d’un petit enfant qui n’avait pas eu un jouet.

La vente aux enchères se poursuivit.

Ils étaient décontenancés après que le Grand-duc Ariel eut disparu, mais bientôt les démons recommencèrent à participer normalement à la vente aux enchères. En fin de compte, le Grand-duc Ariel avait été la seule à quitter la vente aux enchères.

Mais, en conséquence, l’atmosphère avait changé.

Tout d’abord, l’attitude des démons à mon égard avait changé. Les remarques du Grand-duc Ariel m’avaient fait émerger comme quelqu’un faisant parti des plus forts.

Ce n’était pas encore suffisant, mais... c’était juste une question de temps.

De puissantes créatures, deux donjons et les humains qui s’amélioraient lentement. Les démons ne connaissaient pas tous mes atouts cachés. Si j’avais un peu plus de temps alors je leur montrerais la puissance d’un individu sans aucune faction.

Pour le moment, je devais me satisfaire avec ce peu de prise de conscience.

Cependant, je me tiendrai bientôt debout côte à côte avec les Grands-ducs dans l'affrontement pour le trône. En outre, mon vrai but était d’avoir une victoire complète sur mes concurrents.

Mon but était de faire en sorte qu’ils aient peur de moi et s’impatientent.

J’étais sur le point d’atteindre cet objectif après 2 ans.

De ce point de vue, le comportement d’Ariel était ce qu’il y avait de plus significatif.

Maintenant que leurs regards avaient commencé à se poser sur moi...

J’étais complètement devenu le protagoniste au premier plan.


Après avoir remporté quelques items de plus, je finissais de manière très satisfaisante la 2ième vente aux enchères.

2 commentaires:

  1. Bonjour à tous ! Un grand merci à Karim pour son soutien et ce chapitre sponsorisé !!

    La vente aux enchères est-elle vraiment terminée ?! Vous le saurez en lisant le prochain chapitre…

    RépondreSupprimer